Réalisation du cadastre national: Les acteurs font le point d’étape

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réalisation du cadastre national: Les acteurs font le point d’étape


Les experts et structures impliqués dans le processus de réalisation du cadastre national sont actuellement en atelier à Grand-Popo pour faire le point des activités menées, en cours et à venir. Ouvert ce jeudi 15 juillet, cet atelier de deux jours permettra aux participants d’avoir une meilleure connaissance de l’évolution des opérations du cadastre ainsi que des défis et perspectives pour une cohérence dans les actions.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le terrorisme dans l’espace Cedeao: Des chefs de services de renseignements en conclave


Depuis 2016, le gouvernement béninois a entamé la réalisation du cadastre national. Une œuvre à la charge du Comité technique de supervision de la réalisation du cadastre national (Ctsrcn) et de l’Agence nationale du domaine et du foncier (Andf). Au regard du chemin parcouru, le Ctsrcn a jugé nécessaire de marquer une pause pour faire le bilan des opérations effectuées. C’est le sens de l’atelier national sur l’évolution de la réalisation du cadastre national, ouvert hier, à Grand-Popo, et qui prend fin ce vendredi.
Le but de cette rencontre, selon Raphaël Y. Koudjou, représentant du président du Comité technique de supervision, est d’entretenir les principaux acteurs nationaux et communaux du foncier sur les différentes activités menées et celles en cours ainsi que leur niveau d’avancement. Pour ce faire, deux communications sont présentées à la cinquantaine de participants venus de plusieurs structures.
« La première concerne le point d’étape de la mise en place du cadastre national et les perspectives, et la seconde traite des outils et méthodes de réalisation du cadastre à l’ère du numérique», précise le directeur de l’Andf, Victorien Kougblénou. Il ajoute que des travaux de groupes permettront aux participants d’analyser les stratégies proposées et d’y apporter leurs critiques et contributions diverses. Cette rencontre permettra donc d’asseoir davantage, entre les parties prenantes, les bases d’une synergie d’actions et d’une approche inclusive. Tout ceci, dans la perspective d’assurer une cohérence technique des opérations de réalisation du cadastre national. « Le présent atelier se veut donc un creuset d’échanges fructueux entre les acteurs du foncier », se félicite Raphaël Y. Koudjou qui, au passage, salue les efforts consentis jusque-là par les uns et les autres.
La Hollande qui appuie le Bénin dans la mise en œuvre du cadastre national loue l’engagement politique de l’Exécutif béninois sur la problématique du foncier et du cadastre. Le représentant de l’ambassadrice des Pays-Bas au Bénin, Clément Edah en profite pour réitérer l’engagement du Royaume à accompagner le Bénin dans la réalisation du cadastre avec un accès sécurisé au foncier pour tous les citoyens, notamment les jeunes et les femmes.
Tous les trois intervenants restent convaincus que des enseignements pertinents sortiront de cet atelier et permettront à chaque participant de mieux jouer sa partition pour la réalisation d’un cadastre inclusif au service du développement socio-économique du Bénin.
L’élaboration du cadastre national, au-delà de la sécurité foncière et de la démocratisation de l’accès à la propriété foncière, permettra de moderniser, de dynamiser et de professionnaliser le marché immobilier béninois. Il s’agit donc d’un outil de gestion foncière et domaniale performante et efficace, répondant aux besoins des populations en proie à des litiges fonciers à tout va.

LIRE AUSSI:  Bénin Digital Awards: Les meilleures start-up et innovations distinguées

Chemin parcouru

Suivant les explications de Fabrice Gilles Kossou, chef du département des opérations foncières et techniques à l’Andf, les acteurs impliqués dans le processus de la réalisation du cadastre national ont déjà effectué beaucoup de travaux sur le terrain. Ils ont, entre autres, parcouru les 77 communes du pays en quête de données existantes afin de savoir ce sur quoi ils vont travailler, déterminer les zones considérées comme vierges d’informations foncières afin d’orienter les activités techniques de terrain vers ces zones. L’ambition, rappelle-t-il, étant de disposer d’informations foncières sur toute l’étendue du territoire national. « Donc, une fois ces données collectées, nous les avons traitées, numérisées et quelques données sont déjà mises en ligne sur un certain nombre de communes », précise Fabrice Gilles Kossou qui ajoute que d’autres communes suivront selon l’évolution des opérations.
S’agissant des travaux de terrain, il fait noter que des équipes sont actuellement à pied d’œuvre dans les communes de Bohicon et N’Dali, et elles sont sur le point d’enclencher les travaux de viabilisation, d’actualisation des données existantes et de collecte des données qui n’existaient pas ou des zones dans lesquelles il n’y avait pas de données. Ces travaux techniques vont commencer dans dix communes très prochainement, et petit à petit tout le territoire sera couvert et sécurisé, annonce ce responsable de l’Andf.
Pour les prochaines étapes, la mise en place de la base de données cadastrale sera poursuivie et étendue à d’autres communes. Dans ce sens, annonce-t-on, des développeurs béninois travaillent déjà avec l’appui de techniciens néerlandais au niveau de l’Andf. A terme, la base de données sera mise à la disposition des populations et d’un certain nombre d’acteurs et de structures dont les banques, la justice et les mairies. Ceci, afin que toutes les ventes soient précédées d’un contrôle au niveau de cette base qui sera actualisée chaque jour pour que les données qu’elle renferme soient vraiment fiables.
Le chef du département des opérations foncières et techniques de l’Andf souligne, par ailleurs, que beaucoup de données sont aux mains d’acteurs non étatiques. Il profite de la présence des médias pour les inviter à collaborer avec l’Andf pour l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Verdict de la Criet: 5 ans de prison et 5,5 milliards FCfa d’intérêts-civils pour Kgb et ses 12 complices