L’éditorial de Paul AMOUSSOU: Récépissé, mon amphétamine

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur L’éditorial de Paul AMOUSSOU: Récépissé, mon amphétamine


Récépissé, mon beau récépissé ! Avec l’effet d’une véritable amphétamine, le récépissé définitif qui lève l’épée de Damoclès synonyme d’invalidation de liste, a comme ragaillardi les états-majors politiques des différents bords. Difficile, pour les acteurs politiques de dissimuler leur joie, entre celui-là qui exulte, brandissant le précieux sésame tel Karim Benzema et son ballon d’or, et cet autre leader politique guilleret, pas moins fier d’avoir passé ce cap fatidique et qui partage sa joie avec ses militants, non honteux de l’autocongratulation manifeste. Le fruit du sérieux qui marque désormais l’exercice de confection des listes de candidatures dans les états-majors politiques. Et preuve que les nouvelles dispositions légales ne sont ni des mesures d’exclusion comme certains politiciens ont voulu le faire croire, ni hors de portée pour les partis politiques, quels qu’ils soient, à condition qu’on y mette du cœur et un peu de sérieux !

LIRE AUSSI:  Lutte contre les changements climatiques : Les députés pour une riposte législative


Pour la santé de la démocratie béninoise, est bien loin cette époque bordélique des dossiers mal ficelés que certains partis politiques déposaient à la Commission électorale sans état d’âme, persuadés que cela ne les exposerait à aucune conséquence fâcheuse.
Aujourd’hui, les nouvelles dispositions sont de telle nature qu’elles ont instauré une discipline certaine dans la confection des listes de candidatures qui ne sont plus faites de bric-à-brac. Ne pas s’astreindre à cette discipline, c’est prendre le risque certain de subir le couperet de la Commission électorale bien armée désormais par les lois à cette fin. D’où cette joyeuseté non dissimulée, comme cela a pu s’observer récemment, chez certains acteurs politiques, une fois le récépissé définitif obtenu.
Ce cap franchi, dans les starting-blocks, les sept partis habilités par la Commission électorale n’ont pas perdu de temps. A peine délivrés par la réception du récépissé définitif tant attendu que déjà, ils s’illustrent sur le terrain, qui par l’investiture des candidats, qui par des meetings. Ces activités politiques qui ont démarré sur les chapeaux de roue dès la fin de la semaine dernière, donnent le ton de la campagne électorale des prochaines législatives. Autant dire que le ton est à l’offensive, à une certaine dynamique comme de bien entendu dans une campagne électorale qui n’est même pas encore officiellement ouverte. Mais rien d’étonnant chez les politiciens qui, dans leur quête permanente de prendre une longueur d’avance sur leurs vis-à-vis y compris en trichant, sont connus pour ne pas respecter les règles de ce jeu-là ! Epurée de l’ambiance délétère et toxique notée ces dernières années et qu’affectionnent certains politiciens qui y ont concouru à dessein et qui ont fini par se remettre dans l’ordre légal, la campagne ne sera que plus belle !

LIRE AUSSI:  50e anniversaire du rétablissement des relations sino-béninoises: Satisfaction des deux pays