Recherche-développement: Les résultats du diagnostic participatif conduit dans les sites restitués

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Recherche-développement: Les résultats du diagnostic participatif conduit dans les sites restitués


Pour le ministre Gaston Dossouhoui, les technologies attendues doivent s’adapter à la résolution des contraintes

Après Bohicon, Parakou a abrité, ce jeudi 31 mai à Cotonou, l’atelier de restitution et de validation des résultats du diagnostic participatif conduit sur les sites de recherche-développement du Système national de recherche agricole (Snra). Cette séance a permis aux responsables et autres cadres du secteur agricole des départements du Septentrion d’échanger et d’harmoniser leurs points de vue sur les contraintes majeures que la recherche agricole doit contribuer à lever. C’est pour enclencher le développement agricole durable dans les différents pôles.

LIRE AUSSI:  Journée africaine de la Jeunesse: Outiller les jeunes pour la lutte contre la corruption

Les acteurs des pôles du développement agricole 1, 2, 3 et d’une partie de celui du 4 ont procédé, ce jeudi 31 mai à Parakou, à la restitution et à la validation des résultats du diagnostic participatif conduit sur les sites de recherche-développement du Système national de recherche agricole (Snra). Les résultats leur ont été présentés pôle par pôle. Ce qui leur a permis de s’entendre sur une liste de contraintes sur lesquelles ils vont travailler.
Le directeur général de l’Institut national de recherches agricoles du Bénin (Inrab), Patrice Adébola, a indiqué que les résultats présentent des particularités d’un pôle à l’autre. « Cependant, nous avons des contraintes qui se retrouvent dans plusieurs pôles de développement agricole », poursuit-il. Il évoque le problème de la faible mécanisation de l’agriculture qui se pose un peu partout tout comme celui du stockage et de la conservation des produits agricoles. Le directeur général de l’Inrab n’a pas occulté les difficultés liées à l’accès au marché.
La rencontre vise, selon Patrice Adébola, à avoir un consensus sur les contraintes majeures au développement agricole de chaque pôle. A partir de cet instant, assure-t-il, c’est la recherche qui travaillera pour les lever, tout en proposant des solutions et des technologies exploitables. Ce qui induira une augmentation des rendements, une productivité du travail et une augmentation des revenus.
Pour le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Dossouhoui, les technologies attendues doivent s’adapter à la résolution des contraintes. Il a exhorté les participants à prendre connaissance des résultats du diagnostic participatif qui a été effectué et à définir les priorités sur lesquelles il faudra travailler. D’où la nécessité des sites de recherche-développement qui doivent être opérationnels et régionalisés.
« Il y a même le temps qui joue contre nous puisque déjà en fin juin ou juillet, il est prévu une évaluation définitive pour apprécier ce qui a été fait en 2018  », a averti le ministre. Avec la saison agricole qui vient de démarrer, il est préoccupé de voir se réaliser ce qui n’a pas été fait dans le délai. « A côté des centres de services agricoles, il y a les sites de recherche-développement et les centres permanents d’expérimentation, en ce qui concerne le coton », a également informé le ministre. Il a alors appelé à cultiver une complémentarité entre ces structures afin qu’elles puissent contribuer à renforcer la capacité productive.
En effet, l’Inrab et ses partenaires ont identifié vingt-trois sites de recherche-développement. Ils sont répartis sur toute l’étendue du territoire à travers sept pôles.

LIRE AUSSI:  Compte rendu du Conseil des ministres: Grand redéploiement au ministère de la justice