Réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile : des agents de santé qualifiés outillés

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile : des agents de santé qualifiés outillés

Réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile Des agents de santé qualifiés outillés

La ville de Djougou a abrité le 24 septembre dernier une formation à l’intention des agents de santé qualifiés des départements de l’Atacora, du Borgou et de la Donga. Cette activité a été réalisée grâce à l’appui du projet d’Autonomisation des femmes et du dividende démographique au Sahel (Swedd-Bénin).

LIRE AUSSI:  Maintenance informatique: La Chine forme 45 enseignants béninois

Une centaine d’agents de santé qualifiés des départements de l’Atacora, du Borgou et de la Donga ont bénéficié d’une session de formation intégrée des modules de Soins obstétricaux néonatals d’urgence, de planification familiale, de soins après avortement et d’avortement médicalisé dans le cadre de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile. Initiée par l’Agence nationale des soins de santé primaires (Anssp) du ministère de la Santé avec l’appui technique et financier du projet d’Autonomisation des femmes et du dividende démographique au Sahel (Swedd-Bénin), ladite formation animée par les champions Sonu a pour objectif d’améliorer les compétences des prestataires en soins de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle afin de contribuer à la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile au Bénin. Les participantes ont reçu des notions sur les urgences obstétricales et néonatales selon les normes, l’offre et la demande en planning familial et la prise en charge des soins après avortement.
Après l’étape de Natitingou qui a mobilisé les participantes venues des communes de l’Atacora au cours de la période du 30 août au 10 septembre, c’est la commune de Djougou qui accueille les agents de santé qualifiés du 20 septembre au 1er octobre 2021. Dr Prince Eugène C. Adjovi, chargé de programme, responsable composante 2, représentant la Coordonnatrice du projet Swedd-Bénin, Dr Djaoudath Alidou Dramane, a rappelé les motivations de l’institution en appuyant cette formation. Selon lui, le projet Swedd financé par la Banque mondiale au Bénin s’est engagé aux côtés du ministère de la Santé pour l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant par le renforcement de la qualité des services dans les formations sanitaires.

« Le choix de ces interventions par le Projet Swedd est fondé sur le constat que malgré la définition des politiques novatrices, le renforcement des plateaux techniques des formations sanitaires, les indicateurs liés à la santé de la mère et de l’enfant restent dégradés quelles que soient les initiatives qui ont été mises en œuvre. Les besoins non satisfaits en méthodes de planification familiale modernes sont restés inférieurs à 32 % chez les femmes en union et 50 % chez les femmes non en union; cela induit un faible niveau de prévalence contraceptive, soit 12 % depuis 2011 malgré l’engagement de 24 % pris par le Bénin au titre du FP2020. Dans le même contexte, il s’en est suivi que l’indice synthétique de fécondité est aggravé, passant de 4,9 enfants par femme en 2011 à 5,7 enfants par femme en 2018. A tout cela s’ajoutent les taux de mortalité non encore satisfaisants tels que le taux de mortalité maternelle stagnant à 391 décès pour 100 000 naissances vivantes depuis plus de 10 ans, le taux de mortalité néonatale dégradé de 23 décès pour 1000 naissance vivante en 2011 à 30 décès pour 1000 naissances vivantes en 2018 », a détaillé Dr Prince Adjovi.

Démarche qualité, une obligation dans les formations sanitaires

LIRE AUSSI:  Insécurité à Pèrèrè: Un vieux libéré des mains de ses ravisseurs par la police

Toutefois, il y a des départements qui se distinguent par la qualité de leurs actions de santé. C’est le cas des efforts faits pour la réduction à 50 % de la mortalité maternelle et néonatale dans la Donga, un constat qui, selon ses dires, a réjoui la première dame l’année dernière. A son tour, Dr Mahamoud Zongo, directeur départemental de la Santé de la Donga se réjouit de l’initiative du projet Swedd qui concourt à réduire la mortalité néonatale. Il a indiqué avoir donné des orientations dans ce sens à sa prise de service, ce qui a abouti aux résultats satisfaisants dans la Donga, citée en exemple en matière de la lutte contre la mortalité infantile. « Nous sommes les seuls départements à réduire à 50 % la mortalité infantile », explique le Dds avant d’ajouter que la santé maternelle et néonatale constitue un grand défi et demeure un problème de santé publique au Bénin.
Diane Akponon, représentante du directeur général de l’Agence nationale des soins de santé primaires (Anssp) souligne que l’institutionnalisation de la démarche qualité dans les formations sanitaires règle les problèmes qui s’y posent. Au nombre des ceux-ci, la technicienne supérieure en santé publique cite l’insuffisance dans la formation de base de certains acteurs de la prise en charge, le non-respect des normes, protocoles standards, l’insuffisance en matériels et consommables médico-techniques, l’insuffisance en ressources humaines… Toutes choses qui ont suscité plusieurs recommandations à l’endroit du partenaire pour la mise en pratique des notions acquises afin de sauver des vies.

LIRE AUSSI:  Implication des privés dans la santé: En finir avec le fort aux de mortalité maternelle