Réduction des risques de catastrophes: Un outil de riposte aux mains des communes

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réduction des risques de catastrophes: Un outil de riposte aux mains des communes


Bohicon a accueilli, hier lundi 23 août 2021, un atelier d’actualisation du guide national d’élaboration des Plans de contingence communaux (Pcc). Initié par l’Agence nationale de protection civile (Anpc) avec l’appui de la Banque mondiale, cet atelier a pour but d’améliorer et de valider le guide d’élaboration et d’actualisation du plan de contingence communal.

LIRE AUSSI:  Bac session 2018: Une première journée parfaite à Bohicon et Abomey dans le Zou

Depuis quelques jours, certaines communes dont celle de Zangnanado sont en alerte rouge en ce qui concerne la montée des eaux. C’est dire que des communes font face à plusieurs risques tels que les risques endémiques, les risques d’accidents, les risques de catastrophes aériennes, etc. Les plus courants sont les risques d’inondations, d’incendies et de conflits sociopolitiques. Par le passé, le Bénin a connu plusieurs catastrophes qui se sont traduites par des pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants.
Face à la recrudescence des catastrophes naturelles et anthropiques, le gouvernement a élaboré le document de stratégie de réduction des risques de catastrophes assorti d’un plan de contingence national décliné en Plan de contingence communal (Pcc), explique Aristide Dagou, directeur général de l’Agence nationale de protection civile (Anpc), selon qui, le Pcc est un document opérationnel qui concrétise le processus de préparation et de planification des réactions aux urgences. Il définit plusieurs scenarii d’évènements probables et leurs impacts potentiels sur la population. Il mentionne de façon détaillée les risques majeurs auxquels est exposée la communauté, les actions à entreprendre pour une bonne préparation, les structures d’intervention et acteurs, les rôles et responsabilités des différentes autorités avant, pendant et après une crise ou catastrophe.
A cet effet, selon Amadou Lamine N’diaye, représentant de la Banque mondiale, et qui a participé virtuellement aux travaux, la tenue de cet atelier constitue une démarche à saluer.

LIRE AUSSI:  Santé des yeux dans le Mono: Rotary club de Cotonou centre sauve quarante malades de la cataracte

Un plan de contingence multirisque

En procédant à l’ouverture de cet atelier, au nom du ministre de l’Intérieur, le directeur de cabinet, Mora Ouorou Baro, rappelle que l’élaboration du Pcc suit un guide national pour garantir sa concision, sa pertinence et son opérationnalisation.
Le premier guide national d’élaboration du Pcc a été conçu en 2014 avec l’appui de la Coopération allemande. Ce guide aura permis de doter, pendant plus de cinq ans, l’administration communale d’une démarche participative permettant à la commune d’élaborer son plan de contingence multirisque en rapport avec son diagnostic, ses ressources et ses capacités locales. A ce jour, sur les 77 communes, 47 ont élaboré, simulé et mis en œuvre leurs Pcc grâce à ce guide. Cependant, les expériences acquises avec l’utilisation du guide et les réalités actuelles ont conduit les autorités politico-administratives à opter pour son actualisation. L’ancien guide est basé sur les recommandations du Cadre d’action dit de Yogo. Il convient d’y intégrer les nouvelles orientations du cadre d’action dit de Sendaï. Il est également important de prendre en compte l’évolution de la technologie et l’apparition des nouveaux outils numériques qui améliorent l’élaboration, la simulation et la mise en œuvre des Pcc.
Il faut noter que cette rencontre a pris fin dans l’après-midi avec la validation du guide après la prise en compte des observations des uns et des autres. Un document qui tient compte de l’apparition de nouveaux risques et des difficultés d’adaptation ainsi que des nouvelles options du gouvernement en matière d’aménagement du territoire.

LIRE AUSSI:  Semaine mondiale de l’allaitement maternel: Faire du lait maternel l’alimentation universellement reconnue pour les bébés