Réduction du taux de prévalence chez les populations clé: Impliquer davantage les journalistes du Bénin et du Togo

Par Désiré GBODOUGBE,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réduction du taux de prévalence chez les populations clé: Impliquer davantage les journalistes du Bénin et du Togo


Afin d’impliquer davantage le journalistes du Bénin et du Togo dans le renforcement de la qualité des services transfrontaliers Vih offerts aux populations cibles clés le long des portions béninoise et togolaise du corridor Abidjan-Lagos, le secrétariat exécutif de l’Organisation du Corridor Abidjan-Lagos, organise jeudi 16 juin à Baguida au Togo, un atelier de validation du rapport d’analyse de la stigmatisation et de la discrimination des populations cibles clés dans les médias au Bénin et au Togo.

LIRE AUSSI:  Hermann Langbénon, président de l’Association de lutte contre la drépanocytose au Bénin: « On ne peut pas sacrifier des générations au nom de l’amour »

La lutte que mènent le Bénin et le Togo contre le Vih n’a pas encore donné une satisfaction totale malgré les multiples moyens que déploient les acteurs comme les gouvernements, les Institutions internationales et les Ong. Même si l’on enregistre une baisse progressive du taux de prévalence sur le plan national, il existe des populations cibles clés chez qui le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur. Face à cette situation, un rapport a été réalisé par le Projet Dindji, une initiative du gouvernement américain pour renforcer la qualité des services Vih transfrontaliers offerts aux populations cibles clés le long du corridor Abidjan-Lagos. Ce rapport porte sur l’analyse de la stigmatisation et de la discrimination des populations clés dans les médias au Bénin et au Togo.
Selon le rapport, les deux pays ont encore un taux très élevé de prévalence. Au Bénin, les professionnelles du sexe ont une prévalence de 20,9%. Chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, la prévalence est de 12,6%. Ces chiffres sont élevés comparés à la prévalence dans la population générale qui est de 1,2% en 2010. Au Togo, la prévalence du Vih mesurée lors de la 3e enquête nationale démographique et de santé organisée entre novembre 2013 et avril 2014 est de 2,5% dans la population sexuellement active de 15 à 19 ans. Selon l’enquête de surveillance de seconde génération réalisée chez les professionnelles de sexe et les hommes ayant les rapports sexuels avec les hommes en 2011, la prévalence nationale du Vih dans le groupe des professionnelles de sexe était de 13,1%.

LIRE AUSSI:  3e édition de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques: Promouvoir des mesures de prévention simples

Une réticence

La prévalence du Vih dans le groupe des rapports sexuels avec des hommes était de 20,4%.
La déclaration issue de la consultation régionale tenue à Dakar le 10 avril 2015 sur le thème : « La riposte au Vih sur la base des évidences scientifiques », retient que plusieurs facteurs limitent l’accès des populations cibles clés aux services, et les exposent à la violence et à divers abus, engendrant une réticence de ces derniers à recourir aux services. L’évidence était alors que sans une nette amélioration de la réponse au Sida pour les populations cibles, il sera impossible de mettre fin à l’épidémie du Sida. L’un des facteurs ou faiblesses défavorables à l’amélioration de cette réponse, retenu par le projet Dindji au cours d’une analyse réalisée en septembre 2015 est la publication stigmatisant par la presse écrite, la radio et la télévision à l’endroit des populations cibles clés au niveau des deux pays. Il s’est avéré que le journaliste juge, pousse à la stigmatisation en nourrissant le débat dans ce sens. Il en parle en des termes appropriés, décrit et dénonce. On peut les déduire qu’il ne vérifie pas ses informations et les articles ne sont pas équilibrés. Tout ceci parce qu’il ne s’informe pas. D’où, une rencontre des spécialistes de la presse pour diagnostiquer les obstacles qui freinent une meilleure sensibilisation des populations cibles clés et en ressortir les aspects de stigmatisation et de discrimination.
La rencontre qui se tiendra demain à Baguida au Togo permettra aux participants d’analyser le traitement des questions relatives aux populations cibles clé dans les médias du Bénin et du Togo pour en ressortir les aspects de stigmatisation et de discrimination. Il s’agira de réaliser une revue des articles publiés les cinq dernières années sur cette cible dans les médias au Bénin et au Togo, réaliser une analyse critique des représentations faites d’elle dans ces articles publiés, constituer un répertoire des médias amis des populations cibles clés par type de médias et déterminer une stratégie de communication du projet Dindji avec les médias. ?