Réforme des politiques en matière de drogue en Afrique de l’Ouest: La consultation du Bénin a démarré

Par Sabin LOUMEDJINON,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réforme des politiques en matière de drogue en Afrique de l’Ouest: La consultation du Bénin a démarré


Réforme des politiques en matière de drogue en Afrique de l’Ouest: La consultation du Bénin a démarré

Depuis hier mardi 10 novembre, et ce, jusqu’à cet après-midi à Cotonou, a lieu une réunion nationale multisectorielle sur la réforme des politiques en matière de drogue en Afrique de l’Ouest, dénommée consultation du Bénin. Plusieurs structures impliquées dans la lutte contre la drogue prennent part à ces assises organisées par Open society initiative for west Africa (Osiwa), Social Watch Bénin et l’Institut de la Société civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI).

LIRE AUSSI:  Faoussa Kouchoro, modèle d’abnégation des Fcbe dans la 24e

Soulever les questions essentielles d’ordre national relatives aux politiques actuelles en matière de drogue qui serviront d’assise à l’élaboration de la position commune ouest africaine pour l’UNGASS sur la drogue de 2016, c’est entre autres les objectifs des assises dont les travaux ont démarré hier à Cotonou. Pour les organisateurs, il s’agira d’évaluer les politiques actuelles en matière de drogue et l’impact des conventions internationales sur les politiques nationales en matière de drogue; de questionner les mesures mises en place au niveau national pour lutter contre le trafic, la production et la consommation de drogue; d’identifier et de mettre en évidence les meilleures pratiques dans la lutte contre la drogue, la sécurité et le crime organisé au niveau national et enfin de promouvoir la collaboration entre les Etats et la Société civile dans le trafic de la drogue dans la région.

Au terme des assises, il est attendu une claire identification des progrès et des limites de la politique actuelle en matière de drogue; une prise de conscience sur le besoin d’une synergie entre les gouvernements et les Organisations de la Société civile autour de nouvelles stratégies pour résoudre les problèmes de trafic de drogue à travers des mesures sanitaires appropriées ; le développement d’un cadre de concertation pour une position commune ouest-africaine qui se conforme aux grandes lignes de la position commune africaine pour l’UNGASS 2016.

LIRE AUSSI:  Affaire Candide Azannaï : L’Opposition projette une marche pacifique ce jour

Les ravages de la drogue

Intervenant à la cérémonie, le coordonateur de Social Watch, Gustave Assah, s’est d’abord appesanti sur les ravages de la drogue sur la santé et l’économie des pays, avant d’exhorter les participants à un travail de qualité. «Il faut que le plaidoyer du Bénin soit une réalité», plaide-t-il.
Dans son mot d’ouverture des travaux, le représentant du ministre en charge de la Justice, Amadou Alassane, a rappelé l’importance que le gouvernement accorde à la lutte contre la drogue, avant de révéler que le Bénin n’est pas qu’un pays de transit. Il est désormais producteur de drogue. «C’est un fléau déstabilisateur d’économie et qui détruit les composantes de la société», rappelle-t-il. Il précise que la drogue, source d’insécurité pour les individus et la communauté, détruit l’économie et compromet la productivité du pays. C’est une menace pour la paix sociale, cause de la mortalité et de morbidité. Donc un sérieux problème de «santé publique», révèle le représentant du ministre de la Justice. Il a plaidé pour une synergie d’actions dans cette lutte contre la drogue
Les organisateurs ont révélé qu’en 2013 les Nations-Unies estimaient le revenu annuel de transit pour la cocaïne uniquement à 1,2 milliard de dollars. Ce montant est nettement supérieur au budget de plusieurs pays dans la sous-région. Un chiffre révélateur de l’ampleur de ce fléau. Face au phénomène, les gouvernants de la sous-région utilisent une approche répressive. Ce qui, aux yeux des experts, ne constitue pas la solution idéale. Car « elle ne réduit ni la demande ni l’offre de drogue comme le confirme le rapport 2015 de l’UNODC».