Refus des pièces et billets altérés, le gouvernement béninois dit « non »

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Refus des pièces et billets altérés, le gouvernement béninois dit « non »


Le refus de pièces de monnaie aux motifs qu’elles sont celles de divinités, altérées, lisses ou auraient perdu leur éclat ou de billets de banque parce qu’ils seraient froissés, n’est pas admis au Bénin. Dans un communiqué publié, jeudi 6 octobre 2022, le gouvernement menace encore de punir les auteurs de refus.

LIRE AUSSI:  Opération chirurgicale gratuite à Porto-Novo et Parakou: Un soulagement inespéré pour des malades démunis à Parakou

Nouvelle mise en garde du gouvernement béninois contre le refus de pièces de monnaie aux motifs qu’elles sont celles de divinités, altérées, lisses ou auraient perdu leur éclat, ou de billets de banque parce qu’ils seraient froissés.

« Aucune pièce n’est dédiée à une divinité et les pièces dites ‘‘lisses’’ ou qui auraient perdu leur éclat ainsi que les billets de banque qualifiés de ‘‘froissés’’ ont toujours cours légal et pouvoir libératoire » sur l’ensemble du territoire béninois et dans tous les pays de l’Umoa, a souligné le communiqué signé du directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Hermann Orou Takou.

https://twitter.com/gouvbenin/status/1578246088724807680?s=20&t=awGclCh0G0Cgg5xdfA4-iQ

« En tout état de cause, le refus de recevoir la monnaie ayant cours légal dans un Etat membre de l’Umoa est puni par les textes en vigueur », a rappelé le directeur de cabinet.

 

Il rappelle en outre aux populations détenant des pièces de monnaie mutilées ou devenues lisses, ainsi que les billets de banque froissés par l’usage, qu’elles peuvent les échanger gratuitement aux guichets de la Bceao.

LIRE AUSSI:  Tournée dans les communes: Les engagements de Patrice Talon face aux populations de Nikki

 

C’est la énième fois que le gouvernement béninois met en garde contre le refus des pièces de monnaie et billet de banque en question. Le dernier communiqué du ministère remonte au 3 septembre 2020. En dehors du gouvernement, la Bceao avait aussi dénoncé le phénomène à plusieurs reprises.