Réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux : Les travaux de dragage pilote démarrent (208 hectares à réhabiliter sur le plan d’eau)

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux : Les travaux de dragage pilote démarrent (208 hectares à réhabiliter sur le plan d’eau)

Réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux Les travaux de dragage pilote démarrentLe projet de réhabilitation du lac Ahémé impacte directement les communes de Bopa, Comè, Grand-Popo, Houéyogbé Kpomassè et Ouidah

Le ministre José Tonato a procédé, ce jeudi 27 janvier, au lancement des travaux de dragage pilote du carrefour critique de Djondji-Houncloun, commune de Ouidah. Il s’agit de la première phase du vaste projet de réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux attendu depuis plusieurs décennies par les populations.

LIRE AUSSI:  L’interdit: Jeter les sachets par-dessus bord de véhicule est puni

Le programme intégré de réhabilitation du lac Ahémé et ses chenaux entre enfin dans sa phase pratique. Les travaux de dragage pilote du carrefour critique de Djondji-Houncloun (Ouidah) ont été lancés hier, au grand bonheur des populations riveraines qui nourrissaient cet espoir depuis six décennies.
D’un montant de 21 178 559 372 F Cfa, entièrement financé sur le budget national, cette première phase permettra de réhabiliter environ 208 hectares sur le plan d’eau avec une profondeur maximale de 6 mètres, précise José Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable.
Sur le terrain, le démarrage des travaux est effectif avec l’excavation du canal de passage d’une superficie de 350 000 mètres carrés. Et, la drague de China Harbour Engineering Company Limited (Chec) en charge des travaux, est déjà entrée avec succès dans la zone lacustre. Grâce à une grue d’une capacité de levage de 200 tonnes, l’une des machines a été installée avec succès sur l’eau, et fonctionne déjà normalement, se réjouit Xigui Deng, directeur régional de la société Chec.
Depuis la notification de l’ordre de démarrage, le 24 novembre dernier, 10 % du volume total de dragage a été effectué plus tôt que prévu, ajoute-t-il, rassurant que les travaux seront livrés dans les délais contractuels. Les travaux de cette phase pilote s’étaleront sur douze mois, soit de novembre 2021 à octobre 2022.
Le projet impactera directement les communes de Bopa, Comè, Grand-Popo, Houéyogbé, Kpomassè et Ouidah. Le dragage sur le plan d’eau se fera autour des villages de Djondji (Atlantique) et Houncloun (Mono), du village de Mèkô dans la lagune côtière de Ouidah jusqu’à Docloboé dans la lagune de Grand-Popo et au hameau de Hata dans le chenal Ahô. Il est prévu dans le cadre du projet la reconstruction de deux passerelles préexistantes : l’une à Mèkô et la seconde à Hata, ainsi que l’érection de quatre embarcadères /débarcadères respectivement à Djondji, Houncloun, Mèkô et Gonkô.

LIRE AUSSI:  31e Journée nationale de l’arbre à Parakou: 200 plants mis en terre pour lancer la campagne de reboisement

Fleuron à restaurer

A en croire le ministre, le rechargement et l’aménagement sur 13 km de la piste de la Route des pêches, de la Porte de Non-Retour à Ouidah à Djondji, initialement prévus dans le dossier d’appel d’offres, seront renégociés et convertis en extension du dragage et/ou en ouvrages complémentaires, suivant la volonté du chef de l’Etat.
Le projet balisera le chemin pour la suite du programme qui permettra de réhabiliter en définitive l’ensemble du complexe fluvio-lagunaire dont la superficie s’étend sur environ 100 km2. Ainsi, la pêche, principale activité de la zone, pourra retrouver progressivement ses lettres de noblesse, espère Christian Houétchénou, maire de Ouidah, exprimant « sa grande joie » de voir le rêve devenir réalité, au nom des populations des communes bénéficiaires.
Martin Gbédey, directeur général de l’Agence pour le développement intégré de la Zone économique du lac Ahémé et ses chenaux (Adelac), appelle à l’union et à la collaboration des populations riveraines pour la régénération effective et entière de l’écosystème fortement dégradé, notamment en ressources halieutiques, afin que les pêcheurs de la zone immigrés amorcent leur retour définitif au bercail.
Pour sa part, Fortuné Adogoni, porte-parole des associations de développement de la zone, rassure du « ferme engagement» des populations Xwla, Xwéla, Watchi, Sètô, Guin, à accompagner l’exécution du projet pour leur bien-être économique et social.