Relations bénino-nigériennes : une nouvelle ère de coopération s’ouvre

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Relations bénino-nigériennes : une nouvelle ère de coopération s’ouvre

relation Relations bénino-nigériennes

Après plus de huit ans de léthargie, la grande commission mixte de coopération bénino-nigérienne a repris ses activités La 11e session de ladite commission tenue, ce mardi 23 novembre, à Cotonou, a débouché sur d’importantes recommandations pour une coopération plus dynamique avec des perspectives favorables pour le bien-être des deux peuples.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Covid-19: Un appui financier du gouvernement au Parlement

La 11e session ministérielle de la grande commission mixte de coopération bénino-nigérienne a été l’occasion pour les autorités au plus haut niveau des deux pays de réfléchir sur les mesures de renforcement et de diversification de leur coopération dans tous les domaines d’intérêt commun. Ainsi, au cours des travaux, les ministres béninois et nigérien ont examiné et approuvé les recommandations issues de la réunion des experts tenue deux jours plus tôt. Ces recommandations sont relatives, entre autres, au corridor Bénin-Niger, à la liquidation des biens de l’ex-Ocbn, à la boucle ferroviaire Cotonou-Niger-Ouagadougou-Abidjan, au projet de construction du pipeline Niger-Bénin d’exportation du pétrole, et à des questions de sécurité. Au terme de la session, El Mouctar Mohamed Youssouf, ministre délégué auprès du ministre d’Etat, des Affaires étrangères et de la Coopération du Niger, a salué l’ambiance fraternelle et conviviale qui a caractérisé le déroulement des travaux. Lesquels ont permis d’avoir des discussions fructueuses sur l’état de la coopération entre le Bénin et le Niger et d’explorer les opportunités qui s’offrent aux deux pays et qui leur permettront d’effectuer de nouveaux progrès.
« Je tiens à saluer la rigueur intellectuelle et le professionnalisme avec lequel les diverses thématiques inscrites à l’ordre du jour ont été traitées. Les résultats auxquels nous sommes parvenus, traduisent de façon éloquente la nouvelle orientation de la coopération entre les deux pays… »,
appuie Aurélien Agbénonci, ministre béninois des Affaires étrangères et de la Coopération. « Le communiqué final que nous venons de signer est le reflet tangible de la nouvelle orientation et un acte solennel d’homologation des grandes conclusions de cette session », se félicite le chef de la diplomatie béninoise. Son hôte nigérien rappellera que la mise en œuvre des recommandations ne saurait être possible sans l’engagement commun des gouvernements des deux pays.
« Il nous appartient donc de faciliter leur mise en œuvre, de soutenir et d’accompagner toutes les initiatives et efforts visant à établir une coopération bilatérale dynamique et productive correspondant aux aspirations de nos deux peuples. Notre grande commission a à présent un contenu significatif pour le développement de nos deux pays », se réjouit El Mouctar Mohamed Youssouf.
Les deux ministres ont renouvelé le ferme engagement de leurs pays respectifs à resserrer les liens d’amitié, de fraternité et de coopération et à œuvrer sans relâche pour la mise en œuvre des recommandations retenues de commun accord au cours de ces assises.
« L’engagement de notre gouvernement est sérieux, l’engagement du président Patrice Talon est sérieux pour que nous tirions le meilleur des recommandations qui ont été formulées. », a martelé Aurélien Agbénonci. « De celles-ci, poursuit-il, je voudrais retenir particulièrement la poursuite et la finalisation des projets en cours, l’accélération des projets en préparation dans le cadre de la réhabilitation du corridor routier, la mise en œuvre effective des accords signés entre le Bénin et le Niger en matière d’exploitation d’une ligne aérienne directe entre les deux pays, la dynamisation de la coopération transfrontalière dans l’esprit des recommandations de l’Ua et de la Cedeao, la nécessité de finaliser la matérialisation de la ligne frontière commune entre les deux pays conformément à l’arrêt de la Cour internationale de justice, la formalisation d’un cadre de coopération en matière de sécurité et de renseignements ».
En attendant le bilan de ces recommandations lors de la prochaine session à Niamey, le ministre nigérien a proposé aux experts des deux pays de rester en contact afin d’effectuer le suivi des suggestions formulées.

LIRE AUSSI:  Éditorial du 11 juin 2021 : Passeport vaccinal !