Remise d’équipements aux pisciculteurs : Relever le défi de la production du poisson local

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Remise d’équipements aux pisciculteurs : Relever le défi de la production du poisson local

Des poissons morts

Plusieurs associations exerçant dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture au Bénin, ont reçu, ce lundi 17 janvier, à la Direction des Pêches, des intrants et équipements de travail des mains de Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Ce geste s’inscrit dans le cadre du Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac 2).

LIRE AUSSI:  Examen du BEPC 2018: Le préfet Joachim Apithy espère de bons résultats dans l’Ouémé

Que vaut le pisciculteur lorsqu’il n’a pas d’intrants pour produire ? C’est cette préoccupation qui sous-tend la remise de matériel et d’équipements aux acteurs de la pisciculture, lundi 17 janvier dernier, par Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep).
Ainsi, cinquante-sept tonnes d’aliment-poisson, soixante motopompes de 30 Kva, dix balances électroniques Lcd, trois moteurs hors-bords, cinq pirogues monoxyles, quarante filets senne de pêche on été remis aux bénéficiaires.
Ils sont destinés aux pisciculteurs ordinaires, aux pisciculteurs clés et ceux exploitant les cages au niveau de la lagune Toho pour l’augmentation de la production de poisson, explique Hippolyte Houénou, coordonnateur du Projet de vulgarisation de l’aquaculture continentale (Provac 2).
La réponse du Bénin va booster la production halieutique locale. «Au plan mondial, les ressources halieutiques sont en train de plonger. Il n’y a pas meilleur moyen que de travailler à valoriser tout ce qui est potentiellement exploitable pour produire du poisson», indique Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.
A travers son soutien aux acteurs de la production halieutique, le gouvernement du Bénin mise gros. « Nous avons misé sur l’augmentation de la couverture des besoins de protéines halieutiques par la production domestique. Laquelle passe par la pêche maritime, artisanale, continentale et l’aquaculture », poursuit-il.
D’une valeur de plus de 150 millions de F Cfa, ces équipements vont doper le moral des pisciculteurs et appuyer la production piscicole en cette période rendue difficile par la Covid-19.
Pour Gaston Djihinto, directeur de la Production halieutique, la mise en place de ces équipements est la preuve de la volonté du gouvernement, à travers le Projet de valorisation de l’aquaculture continentale, de renforcer les capacités techniques des aquaculteurs et les accompagner dans la production locale de poisson au détriment de l’importation.
A l’endroit des bénéficiaires, Gaston Dossouhoui tient à faire quelques mises au point: « Vous avez répondu à des critères rigoureux pour bénéficier de cet appui, faites-en bon usage. Vous avez le devoir de rendre compte des effets que cet appui a apportés à vos productions et exploitations. Vous êtes redevables vis-à-vis de l’Etat. Si nous attrapons quelqu’un qui se livre à la vente de ces produits, il perd la confiance de l’Etat ».
Les bénéficiaires savent qu’ils n’ont pas droit à l’erreur. Leur porte-parole, Romaric Aïzonou, président de l’Union communale des pisciculteurs de Ouidah, en fait la promesse : « En nous appuyant à près d’une soixantaine de tonnes d’aliment poisson, c’est contribuer à notre coût de production à près de 70 %. Nous vous promettons d’en faire un bon usage et vous ferons suivre les résultats d’ici la fin du premier semestre 2022 ».
Si cette promesse est tenue, c’est tout le peuple qui ressentira les impacts positifs de la production halieutique locale.

LIRE AUSSI:  Relation tumultueuse entre les banques et leurs clients: « Pour les banques béninoises, le client n’est pas roi »