Remise des Mélanges à Me Robert Dossou: Le pèlerin des droits de l’homme honoré

Par Site par défaut,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Remise des Mélanges à Me Robert Dossou: Le pèlerin des droits de l’homme honoré


En marge du colloque organisé dans le cadre des trente ans de la conférence des forces vives de la nation de février 1990, l’Association béninoise de droit constitutionnel (Abdc) a honoré Me Robert Dossou. C’est en reconnaissance de son combat pour le respect des droits humains. La cérémonie a eu lieu à Cotonou, samedi 29 février dernier en présence des sommités du droit constitutionnel d’Afrique et du monde.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: Les classes sportives et culturelles deviennent une réalité 

Le juge constitutionnel, l’avocat, le doyen, l’enseignant, le pèlerin du droit, le rebelle, le contestataire, mais aussi l’humoriste, l’humaniste, ….La liste des qualificatifs et des orateurs a été longue pour peindre la personnalité de Me Robert Dossou, et lui reconnaître ses mérites lors de la cérémonie de remise des Mélanges, un cocktail de témoignages écrits en hommage à l’homme en plus de 1000 pages.
Plantant le décor, le professeur Joël Aïvo, président de l’Association béninoise de droit constitutionnel (Abdc), a expliqué que l’initiative vise à permettre à la communauté scientifique de témoigner à Me Robert Dossou sa reconnaissance pour ses mérites au service du droit, de la démocratie et de la justice. Selon lui, il s’agit d’un livre renfermant des témoignages de ses pairs sur le dédicataire.
En raison de la qualité du récipiendaire, le professeur Jean du Bois de Gaudusson, président du comité scientifique des Mélanges, soulignera que ces mélanges ne sont pas ordinaires. Mieux, les auteurs proviennent d’horizons divers et ont manifesté leur attachement à Me Robert Dossou. « C’est le livre des amis», a-t-il indiqué. Ces mélanges, a-t-il poursuivi, ont pour sujet Robert Dossou, et pour objet son engagement, son dévouement au service du droit, de la justice et des droits de l’homme. Au Bénin, il a été pour beaucoup dans l’organisation de la conférence des forces vives de février 1990 qui a donné naissance à la démocratie dans ce pays puis en Afrique, a relevé le président du comité scientifique des Mélanges.
Au nom de l’Ordre des avocats du Bénin, Me Prosper Ahounou, bâtonnier, a fait observer qu’un tel hommage est inhabituel dans la vie d’un avocat. Pour lui, Me Robert Dossou le mérite pour avoir « profondément contribué à la construction, à la pédagogie et au rayonnement des droits de l’homme, de la paix et de la démocratie » au Bénin et ailleurs. Il en veut pour preuves ses multiples participations à des cours, colloques et séminaires, l’ensemble de ses œuvres dont la mémorable conférence des forces vives. Pour cet événement, il a été l’un des acteurs principaux. Le présentant comme un homme toujours en combat pour le respect du droit et de la justice, il n’a pas manqué de rappeler sa lutte de la période révolutionnaire pour l’indépendance de la justice.

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la fin de l’impunité des crimes commis contre les journalistes: Le message du ministre de la communication

Un défenseur des droits

Abondant dans le même sens, Théodore Holo, ancien président de la Cour constitutionnelle, a perçu à travers l’homme du jour, un défenseur des droits, un humaniste et un homme ayant le sens de l’intérêt général. Tous traits qu’il a illustrés par des anecdotes. Après s’être dit un admirateur de Robert Dossou, Joseph Djogbénou, l’actuel président de la Cour constitutionnelle, voit plutôt en lui « un contestataire qui apprend à contester ».
Comme pour faire la synthèse des éloges, Ousmane Batoko, président de la Cour suprême, a estimé que Robert Dossou est « une personne aimée » mais on saurait l’être, « il a fallu que lui-même ait d’abord aimé ». Le deuxième trait qu’il retient de l’homme, c’est qu’il est « un dissident permanent ». « Son essence, c’est la contestation », souligne-t-il ajoutant qu’il tend la main après s’être indigné. En plus, Robert Dossou rassure contre l’erreur, selon Ousmane Batoko. « Il permet de ne pas tomber dans l’erreur grâce à sa cohérence rigoureuse », soutient-il avant d’ajouter qu’il est une fierté pour le Bénin.
Avec une éloquence teintée d’humour, l’heureux du jour a concentré son intervention sur le mot « merci » à l’endroit des auteurs et des initiateurs des Mélanges dont il est le sujet. Dans sa vie, a-t-il dit, il a connu des moments de solitude et de doute sur l’amour. Mais les témoignages et toutes les sollicitudes marquant l’évènement lui font croire à leur amour à son égard. Cette remise de Mélanges intervient après celles en l’honneur des professeurs Maurice Ahanhanzo-Glèlè et Théodore Holo quelques années plus tôt.