Rencontre du Memp avec les usagers de l’école: Pour une bonne reprise des classes du CI au CMI

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Rencontre du Memp avec les usagers de l’école: Pour une bonne reprise des classes du CI au CMI


Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, a rencontré ce mercredi 7 août, les acteurs de son sous-secteur pour les rassurer des dispositions prises pour une bonne reprise des classes par les écoliers du Cours d’initiation (Ci ) jusqu’au Cours moyen première année (Cm1) dans le contexte de Covid-19, dès lundi 10 août prochain. La rencontre s’est déroulée dans l’enceinte du ministère à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Scandale du nouveau siège du Parlement à Porto-Novo: Les députés exigent des poursuites judiciaires (L’érection du siège sur un autre site envisagée)

Le ministère des Enseignements maternel et primaire (Memp) et les acteurs du sous-secteur de l’éducation de base, à savoir parents d’élèves et partenaires sociaux, se donnent la main pour une bonne reprise des classes, dès lundi 10 août prochain, des écoliers jusqu’au Cours d’initiation (Ci) au Cours moyen première année (Cm1) dans le contexte de Covid-19. C’est du moins ce qui ressort d’une rencontre qui s’est tenue ce mercredi dans les locaux du ministère à Porto-Novo.

Le ministre Salimane Karimou a fait le point à ses hôtes des conditions dans lesquelles va se dérouler cette reprise des cours aux écoliers concernés et qui sont restés à la maison depuis six mois. Selon lui, les mesures ne sont pas différentes de celles prises au profit des élèves du Cours moyen deuxième année (Cm2) qui viennent de boucler l’année scolaire avec la proclamation des résultats du Certificat d’études primaires (Cep) session de juillet 2020. Les dispositifs de lavage des mains seront mis en place dans les écoles. A défaut du dispositif moderne, les directeurs d’écoles peuvent disposer sur le budget de leurs établissements de mécanismes de fortune réalisés avec des bidons pour permettre aux apprenants de laver régulièrement leurs mains afin de contrer la propagation du Covid-19. Mais il ne sera pas fait obligation, selon le ministre, aux écoliers de porter le masque. Tout simplement, explique-t-il, à cause du jeune âge des enfants qui seraient, selon des études scientifiques, moins contaminés et moins contaminants. Toutefois, les apprenants qui le désirent peuvent porter le masque mais le port ne conditionne pas l’accès en classe. En revanche, l’enseignant est tenu de porter le masque. Il l’enlève lors du déroulement du cours pour être audible et le replace aussitôt une fois qu’il a fini de parler. Il est fait également obligation à l’enseignant d’observer une distance de trois mètres au moins par rapport aux enfants en classe. Mieux, la mesure de distanciation sociale d’un mètre au moins ne pourra pas être respectée en classe pour le même principe scientifique que les enfants sont moins contaminés et moins contaminants au Covid-19, détaille l’autorité ministérielle. Elle n’est d’ailleurs pas réalisable à cause du gros effectif dans les classes, avoue le ministre des Enseignements maternel et primaire. Ainsi, le port de masque et la distanciation sociale restent facultatifs dans les écoles dès lundi 10 août prochain, insiste Salimane Karimou.

LIRE AUSSI:  Passation de service dans les ministères: Ministère du Cadre de vie et du Développement durable : José Tonato prône la ponctualité

Non à l’année blanche !

Pendant les cinq semaines de cours, les enseignants ne vont pas tenir compte de tout le programme de formation. Ils dispenseront le savoir essentiel. Un guide pédagogique classe par classe a été conçu à cet effet par le ministère. La dernière semaine, celle du 7 au 11 septembre, sera consacrée à l’évaluation sommative finale devant déterminer les écoliers qui passent en classe supérieure et ceux qui redoublent. Un dispositif spécial est prévu pour les écoles inaccessibles et qui ne pourront pas rouvrir leurs portes la semaine prochaine en raison de l’inondation ou d’autres calamités naturelles. Le ministre Salimane Karimou rassure des dispositions prises pour la réouverture des cantines scolaires afin de permettre aux enfants bénéficiaires d’avoir des repas chauds dès le lundi 10 août prochain.

Il est revenu par ailleurs sur l’intérêt de cette reprise pour les écoliers du CI au Cm1 qui sont restés six mois à la maison à cause de la pandémie du Covid-19. Le risque de décrochage des enfants est trop grand. Il fallait cette reprise pour faire en sorte que l’année scolaire ne soit pas perdue pour les enfants, souligne le ministre. « Une année blanche est chère tant pour le gouvernement que pour les parents d’élèves », fait savoir Salimane Karimou. Il se félicite de ce que le Bénin ait relevé le défi d’avoir sauvé et validé l’année scolaire contrairement à d’autres pays.
« On devra s’habituer à vivre avec le Covid-19 comme nous vivons avec les autres maladies », poursuit le ministre pour montrer que plus rien ne bloquera la rentrée prochaine des classes qui démarre dès le 28 septembre prochain.
Les représentants des syndicats du sous-secteur de l’enseignement primaire et de la Fédération des associations des parents d’élèves ont tous salué les dispositions prises par le gouvernement pour la reprise des classes. Ils promettent, chacun en ce qui le concerne, de jouer leur partition pour l’atteinte des objectifs.

LIRE AUSSI:  Crise du Covid-19: Les géants du numérique épargnés