Rencontre du ministre de la Communication avec les opérateurs Gsm: Rafiatou Monrou décide d’une suspension des offres

Par Pintos GNANGNON,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Rencontre du ministre de la Communication avec les opérateurs Gsm: Rafiatou Monrou décide d’une suspension des offres


Le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Rafiatou Monrou, a décidé de la suspension des offres des réseaux Gsm et énumère de nouveaux critères d’autorisation. Cette décision fait suite à la rencontre qu’elle a eue à son cabinet avec les opérateurs Gsm, ce mercredi 12 avril à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Don du Pnud pour la lutte contre le Covid-19: Du matériel de protection au profit des prisons

Le ministre en charge de la Communication, Rafiatou Monrou, exige que les offres des Gsm pour lesquelles les consommateurs n’ont pas des informations soient suspendues dès la semaine prochaine. Pendant ce temps, poursuit-il, de nouvelles conditions seront nécessaires pour les nouvelles autorisations délivrées par l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep). Elle souligne que le Gouvernement attend que les opérateurs expliquent les progrès obtenus depuis la dernière rencontre. Car, il y a eu des améliorations qui n’ont pas été portées à la connaissance des populations.

Il y a deux mois, le ministre a rencontré les opérateurs Gsm pour exiger d’eux l’amélioration de la qualité de leurs prestations et de procéder à la baisse de leurs tarifs. L’Arcep a été instruite pour procéder à des vérifications du respect des clauses de prestations. Son secrétaire exécutif, Hervé Guêdêgbé, affirme que concernant la qualité de service pour laquelle le ministre a initié une séance le 8 février dernier, le travail se poursuit. Les indicateurs sont relevés, mais les abonnés continuent de se plaindre. Ces derniers évoquent les problèmes de qualité de prestation qu’ils ont en fonction de l’expérience qu’ils vivent. Ce qui pose, selon lui, la question sur l’information de la disponibilité du service proposé par les opérateurs Gsm.
Dans certaines zones, les consommateurs n’ont pas accès au service. Il est exigé que les opérateurs disent ce qu’il faut faire pour que les services soient accessibles surtout en ce qui concerne le service data.
Tour à tour, les opérateurs Gsm, notamment les représentants de Moov, Mtn et Glo ont dévoilé les travaux en cours et les dispositions prises pour l’amélioration de la qualité de service.
Ahmed Attati, représentant Moov, a affirmé que, depuis plusieurs semaines, des efforts se font pour améliorer le service.
Blewett Stephen a dit que Mtn a remonté sa capacité et que quelques sites ont été lancés. De nouveaux équipements ont été acquis pour faire le suivi des réseaux, a-t-il ajouté. Concernant les Sim box, il a affirmé que Mtn a acquis un logiciel qui permet de faire le tracking des comportements douteux et de faire la géo-localisation pour suspendre les numéros suspects. Certains revendeurs ont même été suspendus, assure le directeur général de Mtn Bénin.
L’opérateur Glo a déjà du matériel qui lui permet de suivre les clients jugés suspects, à en croire son représentant.
Malgré les travaux en cours sur les installations des Gsm, Rafiatou Monrou se dit insatisfaite, car les utilisateurs continuent de se plaindre en ce qui concerne le vol de crédit. Elle demande que les tests en cours s’accélèrent au niveau de l’Arcep, afin que les résultats soient vite connus.
Le ministre en charge de la Communication avertit qu’après les résultats, des sanctions seront prises et surtout que des poursuites pourraient être engagées contre certains pour escroquerie.
Concernant le vol des crédits, elle a souhaité qu’on s’assure que l’opérateur peut établir la traçabilité de la consommation du client. Les consommateurs doivent être informés des services disponibles.
De leur côté, les opérateurs Gsm affirment que les plaintes ne sont pas souvent fondées, car à la suite de vérifications faites par eux, il s’est avéré que beaucoup d’anomalies constatées sont du fait des clients.
Rafiatou Monrou dit être convaincue que c’est un problème de déficit de communication qui se pose. Car selon elle, les clients n’ont pas les informations utiles.

LIRE AUSSI:  Coopération: Le Bénin poursuit son offensive diplomatique en Europe