Renforcement de capacités des fonctionnaires de Douane: Un exercice pour mieux combattre le blanchiment d’argent

Par Désiré GBODOUGBE,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Renforcement de capacités des fonctionnaires de Douane: Un exercice pour mieux combattre le blanchiment d’argent


Une cinquantaine de fonctionnaires des Douanes béninoises participent depuis hier mardi 25 février à Cotonou, à l’atelier national de lutte contre les transports physiques transfrontaliers d’espèces et d’instruments négociables au porteur. Organisé par le Groupement international d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba), cet atelier vise à renforcer les capacités de l’administration douanière au Bénin.

LIRE AUSSI:  Cité de Ouèdo : Les premiers logements sociaux émergent

« Le blanchiment de capitaux représente un sérieux danger pour l’économie et le bien-être de toute nation », a indiqué le représentant du directeur général des Douanes, Menacon Amoussou lors du lancement des travaux de l’atelier national de lutte contre les transports physiques transfrontaliers d’espèces et d’instruments négociables au porteur.
Pour lutter contre ce phénomène international, d’importantes mesures ont été prises par les organismes internationaux et les gouvernants en encourageant le développement des services financiers et bancaires.
Malheureusement, en dépit du développement croissant des nouvelles méthodes de paiement dans les économies, même les plus développées, déplore le représentant de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), Serge Houédanou, les espèces restent toujours un moyen de règlement important dans le monde entier. Sa circulation est estimée par une étude menée par le Groupe d’action financière (Gafi) à 4 000 milliards de dollars et entre 46 % et 82 % de toutes les transactions dans tous les pays. Les études menées par le Gafi et d’autres organisations internationales font état de ce que la plupart des services douaniers aux frontières inspectent moins de 5 % de toutes les expéditions de marchandises entrant ou sortant de leur territoire. En outre, la plupart de ces services douaniers sont limités en matière de ciblage et d’identification des passeurs de fonds.
En vue de régler ce problème très important, qui se généralise dans le monde entier, le Gafi a consacré la Recommandation 32 au phénomène. Cette recommandation prévoit les mesures que les pays doivent mettre en place pour détecter et prévenir les transports physiques transfrontaliers de fonds illicites en espèces ou instruments négociables au porteur.
Ces différentes mesures seront partagées avec les agents de l’administration de la Douane du Bénin afin de faire d’elle une référence en matière de lutte contre les transports physiques illicites transfrontaliers d’espèces et d’instruments négociables au porteur dans la sous-région.
Il sera question de mettre en place les outils nécessaires pour une meilleure couverture des frontières du Bénin afin de lutter efficacement contre les transports physiques illicites transfrontaliers d’espèces et d’instruments négociables au porteur qui alimentent les réseaux criminels. Il s’agira également de renforcer la capacité opérationnelle des agents des douanes afin de contrôler de manière adéquate les mouvements transfrontaliers d’argent liquide et de doter les agents de techniques de surveillance, de détection et d’interception des mouvements illégaux d’argent liquide en menant des enquêtes financières parallèles de blanchiment de capitaux et/ou de financement du terrorisme, d’une part, et renforcer les capacités des agents à perturber les groupes criminels transnationaux par des saisies de fonds et des enquêtes de suivi connexes, d’autre part. Et enfin, renforcer les capacités des agents des douanes sur les meilleures pratiques internationales pour détecter et empêcher les transports physiques illicites transfrontaliers d’argent liquide. Car, martèle Menacon Amoussou, le blanchiment de capitaux, processus par lequel on dissimule l’origine criminelle de fonds en faisant en sorte que cet argent acquis de manière illégale paraisse acquis de manière légale et ce, en l’introduisant dans un circuit économique régulier, représente un sérieux danger pour l’économie et le bien-être de toute nation.

LIRE AUSSI:  3e journée des éliminatoires du mondial Qatar 2022 : hold-up parfait des Ecureuils à Dar es Salam