Rentrée scolaire 2021-2022: Les préalables des enseignants pour une année apaisée

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Rentrée scolaire 2021-2022: Les préalables des enseignants pour une année apaisée


Une longue liste de doléances émises par les partenaires sociaux qui espèrent la prise d’actes conséquents. Fixée au 20 septembre par le gouvernement, la reprise effective des classes et la tenue du pari d’une année scolaire sans anicroche sont sujettes à la satisfaction de nombre de préoccupations.
A moins d’un mois de cette reprise, les acteurs sont dans l’expectative. Selon le secrétaire général de la Centrale des syndicats autonomes (Csa-Bénin), Anselme Amoussou, à la veille d’une rentrée, il est attendu les ajustements de personnels, c’est-à-dire les mutations et nominations des administratifs des établissements. « Tout cela a été fait au niveau du secondaire. Au niveau du primaire, on n’a pas beaucoup d’informations. Le plus important n’est pas d’avoir fait les travaux mais de publier la liste des nouveaux postes pour que les enseignants puissent commencer à se préparer. Mais rien n’a encore été publié aussi bien au niveau du primaire que du secondaire », a-t-il fait savoir. A l’en croire, le payement des primes et les actes administratifs qui permettent de préparer sereinement la rentrée ne sont pas encore saisissables. Beaucoup de problèmes subsistent. « Nous avons des problèmes de carrières. On nous parle d’avancement automatique à tous les niveaux. Et personne ne sait absolument ce qui se passe. On n’a pas d’informations et on n’a pas les actes non plus», a déploré Anselme Amoussou.
Le secrétaire général de la Csa-Bénin relève également les éternels problèmes d’arriérés de salaires, de rappels de salaires à payer par le ministère des Finances. Car, bien que le gouvernement ait fait des efforts l’année dernière, plusieurs enseignants attendent encore d’entrer en possession de leurs dus au niveau des finances. Aussi, suite aux évaluations diagnostiques, des questions sont restées en suspens.
« Des engagements qui ont été pris en ce moment, rien n’a été respecté. Ceux qui sont reçus à cette évaluation devraient normalement passer au statut de fonctionnaires d’Etat. Ceux qui ont échoué, devraient suivre normalement un recyclage. A la date d’aujourd’hui, ce renforcement de capacités est attendu. Nous n’avons pas de réponses de la part de nos différents ministres de tutelle », s’inquiète Anselme Amoussou de la Csa-Bénin.
La formation des Ace de la promotion 2008, ainsi que celle initiale des Ace recrutés en 2012 et 2014 constituent une préoccupation pour Alexandre Adjinan, enseignant du secondaire, président de la Commission nationale des jeunes de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin). « Que les dispositions soient prises pour que les professeurs adjoints des différentes promotions de contractuels, à compter de la promotion 2008, puissent retourner dans les écoles normales et que se poursuivent les travaux devant aboutir à la signature des contrats à durée indéterminée des Ace de la promotion 2016…», demande-t-il. Il passe en revue la problématique des infrastructures et invite le gouvernement à faire davantage notamment au niveau des groupes pédagogiques des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Au dire d’Alexandre Adjinan de la Cosi-Bénin, le gouvernement devrait se pencher de façon particulière sur la situation des pré-insérés.
C’est dire que la liste des revendications n’est pas exhaustive. Et à moins d’un mois de la date officielle de la reprise des classes, soit le 20 septembre prochain, la séance des négociations gouvernement- syndicat se fait désirer. « Tout est resté en suspens et je crois que nous avons besoin de faire des efforts supplémentaires sur la question du dialogue social qui permet d’avoir une année scolaire tranquille », insiste Anselme Amoussou.

LIRE AUSSI:  Présidentielle de 2021 : L'enregistrement des candidatures lancé