Rentrée scolaire 2021 – 2022: L’espoir d’un mieux-être pour les aspirants

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Rentrée scolaire 2021 – 2022: L’espoir d’un mieux-être pour les aspirants

Dispositif de lavage de mains dans une école beninoise

Plus la rentrée scolaire s’approche, mieux les enseignants aspirants voient luire l’espoir d’un mieux-être. Du moins, si les diligences sont faites pour combler leurs attentes. Ils pourront ainsi ranger au placard trois mois de galère due à la cessation des paiements pendant les vacances. Revendications ou doléances entre les mains, ils espèrent donner de la voix, avec diplomatie, pour obtenir du gouvernement l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail.
La charité bien ordonnée commençant par soi-même, les porte-parole de la Fédération nationale des collectifs des Enseignants Pré-Insérés du Bénin entendent sensibiliser d’abord leurs collègues à une plus grande solidarité en leur sein. Selon Ferdinand Missenhoun et Pierrot Sourou Akodjènou, il faut que les aspirants parlent d’une même voix et se mobilisent au sein du creuset chargé de défendre leurs intérêts.
Ensemble et plus forts, ils pourront obtenir une à une, et avec plus de facilité, la satisfaction de leurs revendications. C’est l’espoir de leurs porte-parole. « Dans l’union, nous devrons veiller à la qualité du contrat de travail de l’année qui s’annonce. Il doit offrir un traitement salarial décent et une durée socialement admissible (12 mois sur 12). Il faut aussi l’octroi d’une prime de rentrée », fait savoir Ferdinand Missenhoun. « Nous aurons également à suivre de près le déploiement afin d’y relever les éventuelles failles », ajoute son collègue responsable des pré- insérés.

LIRE AUSSI:  Promotion de l’excellence: Les meilleurs élèves au CEP 2015 chez le médiateur de la République

Accélérer les diligences !

Pour une bonne rentrée, les pré-insérés comptent sur la célérité du gouvernement dans l’accomplissement des différentes diligences. Ils se réjouissent des premières actions qui se mènent, mais attendent bien plus : « Il faut avouer que la pression est de mise sur les chefs d’antenne de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) qui envoient, vaille que vaille, le contrat dans les mails des aspirants. Néanmoins, certains sont toujours en attente de réception de cette pièce maîtresse sans laquelle la confirmation de disponibilité pour la nouvelle rentrée n’est pas possible. A cela, s’ajoutent malheureusement l’instabilité de la connexion Internet et la fermeture momentanée du site, ce qui bloque les opérations d’inscription et de confirmation de disponibilité en cours ».
L’autre problème que les responsables des aspirants espèrent régler au plus tôt, c’est celui concernant l’inscription en ligne des anciens élèves des écoles normales pour le nouveau test. «Les détenteurs du Bapes, qu’on appelle communément “Normaliens normaux”, ne parviennent pas à s’inscrire parce qu’il y a une étape qui leur demande de renseigner leur diplôme académique, alors qu’ils n’en ont pas», informe Pierrot Akodjènou.
« Notre espoir, c’est que le site internet soit stable et performant», font savoir les porte-parole.

LIRE AUSSI:  Enfants déficients intellectuels : autrefois bannis, ils entrent à l’Ecole

Des acquis salués

Certes, tout n’est pas rose dans le monde des pré-insérés. Mais ils peuvent compter plusieurs acquis depuis l’avènement du régime de la Rupture. Grâce aux réformes, ils disent avoir obtenu la sédentarisation. Finis pour eux les moments où il fallait parcourir plusieurs établissements dans une même journée pour dispenser les cours.
Les réformes mises en œuvre par le gouvernement permettent également aux pré-insérés d’avoir des émoluments fixes durant les mois de cours. Ce n’était pas le cas quelques années plus tôt. De plus, « nous sommes à l’abri de l’escroquerie et de l’arnaque des censeurs qui avaient de nombreuses exigences avant de nous donner les heures de cours », reconnaissent les enseignants pré- insérés.
La prise en charge des soins de santé en cas de maladie et la déclaration en cours actuellement à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) sont d’autres acquis dont les pré-insérés peuvent se réjouir en attendant mieux.
L’acquis le plus récent dont se félicitent les Ame, c’est la prorogation des délais d’inscription et de dépôt de dossier pour le test. Ces candidats à l’ « aspiranat » ont jusqu’à ce jour pour remplir cette formalité.
Quant aux confirmations de disponibilité à poursuivre l’enseignement, les anciens Ame ont désormais jusqu’au 5 septembre 2021. Pourvu que le délai leur suffise et qu’ils aient la faveur de la connexion Internet.