Rentrée scolaire et universitaire 2021-2022: Le point des diligences

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Rentrée scolaire et universitaire 2021-2022: Le point des diligences

Le Ministre d'Etat à l'ouverture de la Session

De deux heures de débats, Adidjatou Mathys sort tranquillisée. La ministre du Travail et de la Fonction publique n’a pas de crainte quant à l’ouverture effective des classes dans une semaine. « Toutes les dispositions sont prises pour une rentrée apaisée »,
déclare-t-elle aux médias en attente du point des négociations Gouvernement-Syndicats. « Les ressources financières ont été mises en place, qu’il s’agisse des subventions ou des primes de rentrée. Les infrastructures ont connu de réhabilitation, même si à ce niveau il y a quelques problèmes qui vont être résolus d’ici là. Les confédérations syndicales sont assurées que la rentrée sera effectuée dans de bonnes conditions », dévoile Adidjatou Mathys.
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des travaux de la 1re session ordinaire de la Commission nationale de concertation, de consultation et de négociations collectives. Étaient présents, huit ministres, deux confédérations syndicales sur trois et deux représentants du patronat. En procédant à l’ouverture des travaux, le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané a rappelé combien le gouvernement accorde une priorité au social. Il a ensuite insisté sur le fait que le dialogue social reste et demeure un facteur de productivité et de promotion du développement équitable et durable. A l’ordre du jour, il y a les diligences effectuées pour la rentrée scolaire et universitaire 2021-2022 ; l’examen des doléances des travailleurs reçues le 1er mai 2021 ; et des questions diverses.

LIRE AUSSI:  Dialogue de haut niveau « Nourrir l’Afrique » 2021: Renforcer les systèmes agricoles pour la sécurité alimentaire

Pas de signaux d’alerte

Les débats ont été donc focalisés sur la rentrée. Il ressort du point des travaux que les actes ordinaires classiques de pré-rentrée ont été posés. Il s’agit entre autres des mutations, nominations, paiement des primes, organisation des journées pédagogiques. Très attendue, la question liée à la situation des Aspirants au métier d’enseignant (Ame) a été aussi évoquée. Selon le point fait par Anselme Amoussou, secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), une base de données de 2850 aspirants déployables est disponible au primaire en cas de besoin.
Du côté du secondaire, il est envisagé le maintien au poste des Ame utilisés l’an dernier.
« La priorité est donnée aux Ame qui sont déjà présents dans la base, à un nouveau recrutement pour des disciplines ciblées. Sur l’extension de la durée du contrat des Ame et la concrétisation de l’engagement à leur assurer la couverture sociale (Cnss), la réponse du gouvernement ne rassure guère, car il subordonne toute nouvelle mesure en leur faveur à une évaluation de l’expérience Ame. Toutefois, sur insistance de la Csa-Bénin, la question du contrat pourrait être examinée en Conseil des ministres », renseigne Anselme Amoussou.
En ce qui concerne l’enseignement supérieur, la rentrée universitaire aura lieu début octobre 2021. La répartition des bacheliers dans les entités de formation sera connue sous peu. Le processus de sélection des recteurs et des chefs d’établissements des universités suit son cours. Si tout va pour le mieux du point de vue organisationnel, c’est la propagation des contaminations à la Covid-19 qui suscite des craintes. Cependant, là-dessus, la ministre du Travail se veut rassurante. « Le gouvernement a demandé que les enseignants se fassent vacciner et qu’ils mettent de la distanciation lors des cours. En ce qui concerne les élèves, ils ne viendront pas à la récréation à la fois. La distanciation sera observée. Il est recommandé que les parents puissent faire porter le masque à leurs enfants ». Pas question de repousser la rentrée, malgré la virulence de la Covid-19. C’est assuré qu’elle aura lieu dans une semaine.