Report du dossier sur la situation des moniteurs des Unb :Les députés réagissent contre le gouvernement

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Report du dossier sur la situation des moniteurs des Unb :Les députés réagissent contre le gouvernement


L’absence du gouvernement lors de l’examen de la question orale avec débat relative à la régularisation de la situation professionnelle des enseignants du secondaire et des fonctionnaires d’Etat employés comme moniteurs dans les Universités nationales du Bénin a suscité la colère des députés, mardi 12 janvier dernier, à l’hémicycle. Le dossier a été renvoyé mais après les excuses aux députés du ministre chargé du Cadre de vie, José Tonato qui n’a pas été mandaté pour répondre à la question.

LIRE AUSSI:  En raison de la pandémie du Coronavirus : Le calendrier scolaire totalement réaménagé

Les députés sont mécontents du gouvernement dont l’absence a empêché l’examen, mardi 12 janvier dernier, de la question orale avec débat relative à la régularisation de la situation professionnelle des enseignants du secondaire et des fonctionnaires d’Etat employés comme moniteurs dans les Universités nationales du Bénin. Ils se demandent ce qui a pu bien se passer pour que l’Exécutif utilise la politique de la chaise vide quand il s’agit de débattre d’un dossier aussi important. Alors qu’il y a été formellement invité pour apporter des éléments de réponse sur la question à la Représentation nationale.
L’amer constat a été fait à l’appel du dossier. Le gouvernement n’a envoyé personne pour le représenter. Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato, présent, a clairement dit qu’il n’a pas été mandaté pour répondre à la question orale avec débat. Il est venu juste pour débattre du dossier concernant son département ministériel et relatif à la mise en œuvre de la loi n°2017-39 du 26 décembre 2017 portant interdiction de la production, de l’importation, de l’exportation, de la commercialisation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation de sachets plastiques non biodégradables en République du Bénin. Il devrait dès lors se retirer une fois achevé l’examen de cette question orale avec débat. Cette absence du gouvernement a été considérée par les députés comme un mépris pour leur institution.
Pour l’honorable Orden Alladatin, trois ministres sont normalement concernés par la question orale avec débat relative à la régularisation de la situation professionnelle des enseignants du secondaire et des fonctionnaires d’Etat employés comme moniteurs dans les Universités nationales du Bénin. Il s’agit, selon lui, des ministres
Eléonore Yayi Ladékan en charge de l’Enseignement supérieur ; Kakpo Mahougnon chargé de l’Enseignement secondaire et Adidjatou Mathys du Travail et de la Fonction publique. Ces trois membres du gouvernement devraient normalement venir pour plancher sur le dossier. A défaut, s’ils sont empêchés, comme le permet le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, ils s’entendent pour outiller un de leurs collègues qui porte leur voix, assisté des cadres techniques des ministères concernés, rappelle le député Orden Alladatin.

LIRE AUSSI:  Maroc # Bénin (1-1, 2-4 tab): Encore d’autres lions terrassés par les Ecureuils !

Des députés non godillots

Plusieurs autres députés dont Romarique Sèdami Médégan Fagla, Valère Tchobo et Aden Houessou, auteur de la question orale avec débat, n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour condamner ce comportement des ministres. Ils ont proposé que des mesures soient prises pour que ces derniers ne prennent plus dorénavant à la légère les dossiers d’interpellation du gouvernement auxquels les séances plénières des mardis y sont uniquement consacrées. Les députés ont suggéré au président que le Parlement puisse réaménager son calendrier d’activités pour que la question soit à nouveau programmée pour être débattue.
Clôturant le débat sur la question, le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, président de céans, clarifie que les correspondances d’invitation des membres du gouvernement ont été effectivement envoyées par les canaux habituels. La belle preuve, le ministre José Tonato a répondu présent pour le dossier le concernant. Alors que les lettres sont parties ensemble le même jour, précise le président de l’institution parlementaire. Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, face à la situation, a présenté les excuses du gouvernement aux députés pour ce dysfonctionnement qui serait inhabituel. Le Parlement a accepté lesdites excuses et a décidé de renvoyer l’examen de la question orale avec débat à la séance plénière du mardi 19 janvier prochain.

LIRE AUSSI:  Lutte contre la Covid-19: Ruée dans les postes de vaccination