Représailles suite à un braquage commis à Ganro: Cinq morts déplorés et trois camps peulhs mis à sac

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Représailles suite à un braquage commis à Ganro: Cinq morts déplorés et trois camps peulhs mis à sac


Un vol à main armée d’une moto perpétré, vendredi 23 avril dernier vers 20 heures sur l’axe Boussira-Ganro, arrondissement de Gamia, dans la commune de Bembéréké, a donné lieu à des actes de représailles. Outre deux personnes blessées et trois camps peulhs brûlés, le bilan enregistré fait état de cinq morts au nombre desquels quatre présumés malfrats.

LIRE AUSSI:  Réunion de crise suite aux soulèvements à Grand-Popo: Les populations réclament le limogeage du commandant de la base navale

Dans la nuit du vendredi 23 avril dernier, Ganro, un village de l’arrondissement de Gamia, commune de Bembèrèkè, a enregistré un vol à main armée d’une moto qui a tourné au drame. A l’arrivée, on déplore cinq personnes tuées parmi lesquelles quatre présumés malfrats. Il y a également deux personnes blessées et trois camps peulhs brulés.
En effet, tout serait parti d’un braquage sur l’axe Boussira-Ganro dans la soirée du vendredi 23 avril vers 20h. Après avoir reçu des coups de gourdin et de machettes, puis dépossédée de sa moto, la victime a réussi à s’échapper et alerté les populations de Ganro. Ainsi, très rapidement, les jeunes du village se sont organisés pour retrouver les auteurs de l’acte. Leurs enquêtes les ont amenés vers des personnes qu’ils soupçonnaient d’être membres d’un groupe de malfaiteurs. Ils en ont pris trois et les ont conduits auprès de l’autorité locale. Après leurs interrogations et les recherches qui ont suivi, la moto arrachée, selon les sources, a été retrouvée. Qu’à cela ne tienne, il a été décidé que les trois suspects soient gardés jusqu’au lendemain.
Poursuivant leurs enquêtes dans la matinée du samedi 24 avril, les jeunes se sont également rendus dans le hameau de Gnel Konna, arrondissement de Bouanri, commune de Bembèrèkè. C’est, selon les mêmes sources, pour procéder à l’arrestation d’un autre suspect. Malheureusement, l’un d’eux se fera poignarder mortellement par ce dernier. En représailles, ils ne se sont pas fait prier pour, à leur tour, l’exécuter. Informés de ce qui s’est passé à Gnel Konna, leurs collègues restés à Ganro ont tout simplement décidé de battre à mort les trois suspects arrêtés la veille.
Leur vengeance assouvie, les jeunes s’en sont pris aux camps peulhs d’où seraient originaires les présumés braqueurs dont ils ont mis fin à la vie. C’est pour mettre le feu aux cases, greniers, sinon à tout ce qui pouvait l’être.
Après avoir rétabli le calme dans la localité, les agents de la Police républicaine du commissariat de Gamia ont fait les constats d’usage. Pour l’heure, ils procèdent aux enquêtes afin de situer les responsabilités.

LIRE AUSSI:  Benin Cashew Day 2021:Les leviers pour une filière cajou résiliente et compétitive