Reprise du tourisme dans un contexte de Covid-19: L’excitation à Ganvié en attendant l’assaut

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Reprise du tourisme dans un contexte de Covid-19: L’excitation à Ganvié en attendant l’assaut


Aux portes de la Venise d’Afrique, ce n’est pas encore l’affluence d’antan. Mais ces jours-ci, Justin Avocétien est de plus en plus sollicité. Ce matin du 27 juillet 2021, à l’embarcadère d’Abomey-Calavi, ce guide touristique ne veut perdre la moindre minute. Sa priorité de l’heure, c’est de prendre soin de la dizaine de visiteurs qui embarquent pour l’aventure. « Depuis l’allègement des restrictions en Europe, les touristes viennent. Ce n’est pas encore l’affluence d’avant la survenue de la Covid-19. Nous avons au moins une centaine par semaine. C’est mieux qu’au début de la pandémie », confie-t-il. C’est sa manière de profiter de la reprise progressive après une période de désœuvrement. La saison touristique ne fait que démarrer et il souhaite un véritable assaut. « On en était presque mort. Il n’y avait plus de touristes. On repartait bredouille à la maison. Maintenant, beaucoup viennent et on espère le soulagement », martèle le guide.
Ici comme dans toutes les destinations du monde, la pandémie a fait chuter les statistiques de visite. Du jour au lendemain, le secteur du tourisme s’est même effondré. Selon l’Organisation mondiale du Tourisme, l’Europe et l’Afrique ont enregistré une baisse de 85 % des arrivées de touristes internationaux.

LIRE AUSSI:  Bénin révélé: Le volet touristique du Pag entre dans sa phase active

Enthousiasmés !

Avec la reprise, Justin Avocétien est surtout excité de faire découvrir cette cité lacustre de 40 000 âmes et ses exceptions. Parmi ses visiteurs, des Béninois résidant en France et leurs proches ainsi que des occidentaux. « J’espère retrouver les mêmes émotions qu’il y a 10 ans: cette simplicité des habitants, avec derrière eux, une histoire de fuite d’esclavage, et qui s’étaient repliés dans un endroit austère, mais qui leur était propre. Cette situation montre la capacité de l’homme à s’adapter», note Jean-Claude Guézo, un Béninois résidant en France.
L’envie d’une aventure magique sur l’eau est là dans les regards qui trainent dans tous les sens et à travers les questionnements. Néanmoins, elle ne fait pas oublier l’usage répété des gels hydro- alcooliques et le port de masque. «Je prends des précautions. Je suis vacciné et j’ai fait les tests avant d’embarquer, puis ici à l’arrivée. Tout est négatif et j’espère le rester jusqu’à mon retour en France », renseigne Jean-Claude Guézo.
Ceux-ci ne sont pas les seuls ce matin à voguer sur le lac Nokoué, entre l’histoire des hommes de l’eau et la singularité de leurs vies. D’autres sont accompagnés un peu plus tôt par Mathieu Adidji qui totalise deux décennies dans le guidage des touristes. « Pendant plus d’un an, j’ai été contraint au repos. J’ai dû mener l’activité de pêche pour subvenir à mes besoins. Nous sommes heureux du retour des touristes. Nous recevons entre 30 et 50 touristes par jour. J’ai fait déjà le tour avec sept Béninois venus en vacances», se réjouit-il.

LIRE AUSSI:  Fatima Kouchekeho: Vocation, vendre le Bénin par la chanson

Dans les bras de Ganvié

A Ganvié, la journée commence tôt avec le spectacle du départ à la pêche. Les visiteurs de Justin n’auront plus la chance de le vivre. Cependant, ils prennent du plaisir à comprendre les vécus de ce peuple particulier qui a décidé, il y a trois siècles, de se réfugier sur l’eau. L’habitat sur pilotis incarne bien ce destin de s’adapter pour vivre. A chaque ralenti, les explications du guide sont suivies avec attention. Dans les bras de Ganvié, on note le désir d’entendre autre chose que la Covid-19. « Il y a beaucoup de merveilles à découvrir à Ganvié, comme l’attraction des maisons sur pilotis, le canal des amoureux, le canal des pêcheurs, le canal de la foi, le marché flottant, la forêt sacrée, les pêcheurs qui lancent leurs filets, et toute la vie sur l’eau », argumente le guide touristique Justin Avocétien. Après le tour des circuits, Santana est émerveillée : «C’est extraordinaire, l’organisation sociale sur l’eau. A chaque fois qu’on vient ici, on découvre quelque chose de nouveau ».
« Ganvié » ne pèse pas encore dans le volume de recherche sur Google. Mais ça ne doit pas tarder. La cité lacustre s’apprête à se faire plus attractive à travers le Projet « Réinventer Ganvié». Il sera question de réhabiliter cette localité afin d’améliorer les conditions de vie des populations et favoriser le développement des activités touristiques durables. Ceci devra permettre de mieux vendre la destination Ganvié et de fasciner les futurs voyageurs.

LIRE AUSSI:  Le city branding: Moteur d’attractivité touristique