Restitution des biens culturels africains: La Cedeao salue le leadership de Talon

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Restitution des biens culturels africains: La Cedeao salue le leadership de Talon


L’engagement du Bénin pour la restitution de ses biens culturels séduit la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) qui, à l’occasion de la 1re réunion du comité régional de suivi du plan d’action 2019-2023 sur le retour des biens culturels à leurs pays d’origine, a salué la volonté politique du président Patrice Talon, qui sert de tremplin pour d’autres pays africains.

LIRE AUSSI:  Economie numérique: La ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou à l’écoute des start-up

« Permettez-moi de rendre un hommage tout particulier au président Patrice Talon pour ses efforts engagés pour la valorisation de la culture africaine en général et de la culture béninoise en particulier ». Ainsi s’exprimait le représentant résident de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) au Bénin, Blaise Diplo-Djomand, mardi 29 juin dernier, à l’ouverture de la première réunion du comité régional de suivi du plan d’action 2019-2023 de la Communauté sur le retour des biens culturels à leurs pays d’origine.
Il salue l’implication personnelle du président béninois pour la restitution des biens culturels africains à leurs pays d’origine. Un engagement qu’il qualifie d’exemplaire et qui, selon lui, ne peut qu’encourager des prises de décisions similaires au niveau politique dans les autres Etats membres de la Cedeao.
Le Bénin est l’un des premiers pays africains à avoir réclamé et obtenu le rapatriement d’une partie de ses biens culturels gardés en France. En la matière, le pays œuvre aussi pour l’harmonisation du cadre juridique au niveau sous- régional. Grâce à la volonté politique du chef de l’Etat Patrice Talon, le Bénin a fait preuve d’une diplomatie culturelle efficiente qui a payé après un premier rejet de sa requête par Paris. A l’époque, l’Etat béninois a fait comprendre que sa demande est dépourvue de toute velléité belliqueuse et qu’elle s’inscrit simplement dans le cadre d’une dynamique de coopération.
« Notre détermination pour la restitution des biens culturels est la manifestation d’un choix politique, celui de puiser dans notre mémoire, quoique parfois douloureuse, les moyens d’assumer une responsabilité historique », a déclaré, à la même occasion, le ministre de la Culture, Jean Michel Abimbola, qui par là expliquait le bien-fondé de la requête du Bénin.
D’un autre côté, il souligne que cette restitution permettra au pays de faire du patrimoine culturel et par extension du tourisme une filière créatrice de richesse et d’emplois. « C’est le sens qu’il convient également de donner aux investissements et aux mesures prises par l’Etat béninois pour créer un environnement favorable au retour des biens culturels qui s’inscrivent dans le cadre global de la relance des secteurs du Tourisme, de la Culture et des Arts afin d’en faire de véritables leviers de la transformation de la structure économique, et du rayonnement du pays. », ajoute-t-il. Jean Michel Abimbola se réjouit alors que cette responsabilité historique rencontre un écho favorable. Au Bénin, des avancées significatives ont été enregistrées sur le sujet, et le retour des 26 biens culturels devrait être effectif d’ici quelques mois.

LIRE AUSSI:  Tournée nationale dans les communes:A bantè, les vérités du président Talon