Restructuration du secteur éducatif: Une ambition portée par des programmes

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Restructuration du secteur éducatif: Une ambition portée par des programmes

Des élèves en classe

L’école béninoise sera une école formatrice de la main-d’œuvre. C’est une ambition du président Patrice Talon portée par des projets dont la finalité est de limiter le taux de chômage des jeunes sortis des écoles.

LIRE AUSSI:  Compte rendu du Conseil des ministres: De nouveaux travaux d’aménagement paysager annoncés

Le quinquennat 2021-2026 s’annonce bien avec des ambitions diverses pour le sous-secteur de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (Eftp). Le secteur éducatif, pour ainsi dire, va connaître une grande restructuration avec le chef de l’État déterminé à limiter le taux de chômage des jeunes.
Alors candidat, Patrice Talon a annoncé la bonne nouvelle aux jeunes : « Dès 2023, le Bénin disposera de 30 lycées techniques agricoles modernes qui permettront d’accueillir
48 000 apprenants afin de former des exploitants agricoles de type nouveau ». En plus de cette ambition pour le secteur éducatif, plusieurs cadres du ministère des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle rassurent que sept écoles des métiers de référence dans les domaines de l’énergie, du numérique, des bâtiments et des travaux publics, de l’automobile et des équipements industriels, de l’eau et de l’assainissement, des industries du bois et de l’aluminium, du tourisme-hôtellerie-restauration sont aussi un acquis. Elles vont accueillir 8 400 apprenants en vue de doter l’économie béninoise d’ouvriers et de techniciens qualifiés et compétents pour l’émergence des entreprises. Les documents de projets y relatifs sont pour la plupart élaborés avec une mention spéciale sur la date du démarrage des travaux, selon plusieurs sources. Le chef de l’État tient aussi à la rénovation des lycées techniques pour les conformer à la réalité de la modernité.
Ainsi, il est prévu la rénovation de dix-sept lycées techniques qui seront aussi équipés dans les secteurs de l’énergie, du numérique, du cadre de vie, des infrastructures, transports, tourisme, hôtellerie et restauration. Ces lycées accueilleront un total de 25 500 apprenants qui seront formés sur des compétences pointues de leur métier et cela permettra d’obtenir un taux d’insertion élevé des formés sur le marché de l’emploi, selon nos sources.

LIRE AUSSI:  An II du président Patrice Talon: Le rapport Présimètre fait le point des réalisations

Un nouveau mode de pilotage

Un nouveau mode de pilotage du système et de gestion des établissements de formation est prévu avec l’implication effective des acteurs du monde économique et professionnel. Tel est l’ambitieux programme du chef de l’État pour restructurer le secteur éducatif avec pour priorités les branches professionnelles, techniques et les formations d’excellence. « Notre nouvelle vision en la matière, c’est de promouvoir un enseignement professionnel et technique de qualité pour que l’école béninoise forme désormais de la main-d’œuvre qualifiée. L’objectif poursuivi est d’inverser les tendances pour que désormais 70 % au moins des enfants qui sortent de l’école, quel que soit leur niveau, soient des produits de l’enseignement et la formation techniques et professionnels avec une meilleure formation générale de base », a indiqué le président de la République pendant la campagne électorale pour sa réélection.
La Stratégie nationale de relance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (Sn-Eftp) déjà élaborée a enregistré, pour sa mise en œuvre, l’engagement des partenaires, pour un montant de 323 milliards francs Cfa. Il faut préciser que la relance de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (Eftp) vise à former des professionnels épanouis et aptes à répondre aux besoins d’une économie stable, durable et inclusive, améliorer les conditions d’accès et les performances de l’Eftp, développer un système efficace de veille pour l’amélioration continue de l’employabilité des formés de l’Eftp, développer une gouvernance plus inclusive, efficace et efficiente. Le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle travaille en synergie avec les partenaires au développement pour une restructuration du secteur éducatif conformément à la vision du chef de l’État.

LIRE AUSSI:  Rentrée académique 2016-2017: Timide reprise des classes à Bohicon et Abomey