Résultats du recensement national de l’Agriculture : Le vrai visage du secteur agricole

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Résultats du recensement national de l’Agriculture : Le vrai visage du secteur agricole


Le Bénin dispose désormais d’une base de données fiable sur le secteur agricole. C’est à travers le recensement national de l’agriculture (Rna) dont les résultats ont été disséminés, hier mardi 25 janvier 2022.

LIRE AUSSI:  Recensement national de l’agriculture: Peaufiner la stratégie globale pour la réussite de l’opération

Finie la navigation à vue, par défaut de données réelles et actuelles. Du secteur agricole béninois, on en sait désormais beaucoup, voire dans les détails près. Le recensement national de l’Agriculture (Rna) dont les résultats ont été disséminés le 25 janvier 2022 projette le vrai visage du secteur. La population agricole est de 6,506 millions, soit 54,8 % de la population béninoise. Les départements du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora et du Couffo ont chacun plus de 10 % de cette population. On dénombre 913 415 exploitations agricoles avec en moyenne 3,3 ha de terres dédiées aux spéculations végétales. Une part importante des terres reste en jachère de longue date ou même inexploitée. Et le ministre Gaston Cossi Dossouhoui ne tarde pas à tirer les leçons. « Avec 3,3 ha en moyenne, on peut bâtir un projet structurant. Nous notons la faiblesse de l’irrigation dans notre système. Moins de 4 % de nos exploitations agricoles sont irriguées. Ce sont des points de challenge. La mécanisation qui prend progressivement son envol n’a touché que 12 % de ces exploitations agricoles. Nous avons à faire pour réduire la pénibilité du travail, moderniser notre agriculture, à travers ces deux paramètres », a-t-il fait remarquer.
Plus loin, les résultats révèlent que 38,49 % des exploitations ont recours aux produits phytosanitaires. Les semences et les plantes améliorées sont utilisées pour le moment par 28,64 %. Respectivement,
28,4 % et 51,24 % des exploitations agricoles utilisent l’engrais organique et l’engrais minéral. « On note un relatif confort dans l’utilisation de semences améliorées et des fertilisants. Encore que là, pour déclencher la révolution, il faille couvrir des superficies d’au moins 40 % en semences améliorées et que plus de 60 % utilisent systématiquement les intrants agricoles », analyse-t-il.

LIRE AUSSI:  Elue maire d’Aplahoué: Ousséna Adamou consciente du défi

Une mine d’informations

Au regard des statistiques, le Bénin dispose du capital terre nécessaire pour concrétiser ses ambitions de diversification. Il y a des raisons de progresser. Mais ce sont des terres souvent acquises par héritage ou par emprunt. Les données collectées montrent qu’en ce qui concerne la production animale, elle regroupe
606 112 ménages. On rencontre le plus de ménages pratiquant la production animale dans les départements du Couffo, de l’Atacora, de la Donga, de l’Alibori, du Borgou et du Zou. L’élevage des volailles est centré sur les races locales de poulets (10 250 541 têtes) et de pintades (1 348 029 têtes) pour 631 360 éleveurs. L’élevage non conventionnel est dominé par la cuniculture qui occupe 5 301 éleveurs. 49 990 ménages exercent la pêche continentale ou maritime et quelque 3 464 autres élèvent les espèces halieutiques. On dénombre à peine 3 464 exploitations aquacoles avec plus de 3 973 aquaculteurs. « Il s’avère indispensable de travailler à la croissance de la production locale d’espèces halieutiques pour compléter les ressources disponibles sur nos cours d’eau et sur l’océan », indique le ministre de l’Agriculture.
Le gouvernement pense déjà à mieux tirer profit de cette mine d’informations. Des rapports thématiques sont attendus avec les modules complémentaires, de même que des monographies du secteur par pôle de développement, par département et par commune. «Les résultats de l’ensemble de ce dispositif serviront à réévaluer notre économie à travers ses potentialités, ses agrégats et son positionnement en termes de comparabilité internationale», a rassuré le ministre. De même, jusqu’à un passé récent, les enquêtes réalisées dans le secteur étaient difficilement extrapolables. Avec le Rna, il y a une disponibilité d’une base au niveau global, au niveau des différents secteurs et des thématiques d’intérêt. C’est un atout dont les utilisateurs doivent se satisfaire.