Résurgence du virus de la grippe aviaire: Les mesures de biosécurité renforcées dans le Borgou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Résurgence du virus de la grippe aviaire: Les mesures de biosécurité renforcées dans le Borgou

Produits de l’aviculture

Depuis le 25 août dernier, l’heure est à la résurgence du virus de la grippe aviaire dans certaines localités du Bénin. Pour le moment, les communes du Borgou ne sont pas touchées. Malgré cela, les agents en service à la direction de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche au niveau du département sont présents sur le terrain pour mener des actions de sensibilisation afin de limiter sa propagation, s’il se manifestait.

LIRE AUSSI:  Maisons closes à Cotonou: Un business discret et rentable

Il vaut mieux prévenir que guérir. Conscients de cela, le directeur départemental de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche du Borgou, Damien Hounkpèvi et ses collaborateurs ont, depuis quelques jours, investi le terrain pour procéder à la sensibilisation et à la prise de mesures contre la propagation du virus de la grippe aviaire. Leur démarche fait suite aux instructions qu’ils ont reçues de leur ministre de tutelle. Il leur a été demandé de veiller au renforcement des mesures de biosécurité au niveau des agriculteurs et éleveurs de volailles du département, puis la surveillance surtout aux frontières.
Dans le Borgou, informe le directeur Damien Hounkpèvi, des sites infectés n’ont pas été enregistrés jusqu’à présent.
« La semaine dernière, il y a eu des mortalités dans un élevage à Kalalé. Ce qui a été signalé immédiatement. Nous avons ensuite porté l’information au niveau national, puis procédé à des prélèvements qu’on a envoyés au laboratoire. Les analyses effectuées se sont révélées négatives. Ce n’était pas la grippe aviaire. Mais dans cet élevage, la vaccination n’avait pas été faite comme cela se doit », a-t-il expliqué. « Il n’y a donc pas encore de foyer de grippe aviaire à déplorer dans le Borgou », a insisté le directeur départemental. « Toutefois, nous restons en alerte générale », a poursuivi Damien Hounkpèvi.
Installés au niveau des communes frontalières du département comme Tchaourou, Nikki, Kalalé et Pèrèrè, des agents de contrôle de la direction départementale veillent également au grain. Ils surveillent et empêchent les entrées de volailles et leurs dérivés sur le territoire national. D’une commune à une autre, il n’est également plus facile de faire déplacer ces produits de l’aviculture.
Sur les différents marchés de volailles du département, le contrôle a également été renforcé. Les populations sont invitées à signaler les cas de mortalités massives de volailles constatés.

LIRE AUSSI:  Célébration en différé de la Journée mondiale des réfugiés: L’inclusion, une réalité au Bénin