Retour au pays de Laurent Gbagbo: Une nouvelle page pour la politique en Côte d’Ivoire ?

Par Pintos GNANGNON,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Retour au pays de Laurent Gbagbo: Une nouvelle page pour la politique en Côte d’Ivoire ?

GBAGBO

Annoncé il y a peu, le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo, ancien président de la République, sera une réalité dans quelques heures. L’homme, accusé par la Cour pénale internationale d’être responsable de nombreux morts dans son pays, jugé, puis finalement acquitté, foulera le sol de ses ancêtres après dix ans passés dans les geôles. Ce retour marquera-t-il le début d’une réelle réconciliation ou engendrera-t-il un nouveau tournant politique en Côte d’Ivoire ?

LIRE AUSSI:  Pr Rock Gnahoui à propos de la gouvernance sous la Rupture: « Des actions impactent de jour en jour toutes les couches de la société »

Point n’est besoin ici de rappeler les évènements qui ont conduit à l’arrestation et l’extradition de l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire qui, pendant dix ans, est resté absent de son pays pour avoir été accusé d’y avoir commis des crimes contre l’humanité. Acquitté par la Cour pénale internationale le 30 mars dernier, Laurent Gbagbo a manifesté le désir de retourner dans son pays.
Cette volonté a reçu un écho favorable des autorités de la Côte d’Ivoire notamment le président Alassane Ouattara qui a déclaré au cours d’un conseil des ministres qu’il présidait que l’ancien président de la république qui a dirigé le pays pendant dix ans était libre de rentrer. Il a même dit que son retour et celui de sa famille seront pris en charge par l’Etat de Côte d’ivoire.
Cela répond à la volonté d’Alassane Ouattara qui, au lendemain de sa réélection pour un troisième mandat, a manifesté son désir d’aller à la réconciliation nationale avec ses frères ivoiriens en nommant un ministre chargé de la question. Quelques semaines plus tard, la demande de passeport de l’ancien président a reçu un avis favorable du gouvernement qui lui établit ses passeports ordinaire et diplomatique.
Aujourd’hui âgé de soixante-seize ans, Laurent Gbagbo continue de bénéficier de la sympathie d’un bon nombre de ses concitoyens, à commencer par sa famille politique qui lui est restée fidèle pendant les dix ans de son absence.
Mais rien n’a été dit sur l’avenir politique de ce dinosaure de la classe politique ivoirienne et surtout sur les implications de son retour. L’homme, dans l’une de ses dernières déclarations, affirme ne pas être animé d’un sentiment de vengeance après son acquittement et promet au contraire d’œuvrer à la réconciliation prônée par son sucesseur qui, d’ailleurs, pour le retour de son ancien adversaire a instruit ses collaborateurs pour organiser avec les membres du Front populaire ivoirien, le parti de Gbagbo, son accueil et surtout a mis à disposition le pavillon présidentiel de l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny pour la cérémonie. Plusieurs rencontres ont été tenues entre le gouvernement et le comité d’accueil. C’est d’ailleurs depuis ce pavillon que celui qui a dirigé la Côte d’Ivoire pendant dix ans animera une conférence de presse à son arrivée, selon le programme établi, pour demander à ses compatriotes de garder le calme.
Tout se passe comme si dans les prochains mois, le pays d’Houphouët-Boigny verra ses fils, sa classe politique se réconcilier pour mettre fin à plusieurs années de tensions, et laisser place à la réconciliation nationale. Les gestes observés ces derniers temps de part et d’autre laissent le présager pour le moment. Le retour de Gbagbo en lui-même est une étape importante dans la réconciliation.
Mais jusque-là, rien n’a encore été dit sur l’avenir politique de Laurent Gbagbo. L’homme continuera-t-il de participer à l’animation de la vie politique de son pays ou prendra-t-il sa retraite politique ? Le proche avenir nous le dira. Mais toujours est-il qu’il reste sous le coup d’une condamnation dans son pays. Récemment, le ministre de la Communication et porte- parole du gouvernement ivoirien a rassuré que sa condamnation serait levée. Ce retour de Laurent Gbagbo est une confirmation des actes d’apaisement du pouvoir ivoirien qui a commencé depuis quelques mois à faciliter le retour des exilés politiques installés au Ghana voisin.

LIRE AUSSI:  Conseil économique et social: Une délégation ivoirienne en visite de travail