Retraite des membres de la Cour constitutionnelle à Possotomé dans le Mono: Faire le bilan de la présidentielle et s’apprêter pour un éventuel référendum

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Retraite des membres de la Cour constitutionnelle à Possotomé dans le Mono: Faire le bilan de la présidentielle et s’apprêter pour un éventuel référendum


Cinq mois après l’organisation de la dernière présidentielle, le collège des sages et le personnel de la Cour constitutionnelle ont pris leurs quartiers depuis mardi 30 août à Possotomè, autour du président de l’institution Théodore Holo. Cette retraite vise à leur permettre de faire le bilan de leurs diverses interventions dans le cadre de l’élection et de s’apprêter pour un éventuel référendum.

LIRE AUSSI:  Appel de pied du PRD au nouveau président de la République: Quelle Opposition pour le nouveau pouvoir de la rupture ?

C’est à Possotomè, localité de la commune de Bopa dans le Mono que se tient, depuis, mardi 30 août, un conclave de la Cour constitutionnelle. Celui-ci rassemble les conseillers et le personnel de l’administration autour du professeur Théodore Holo, président de l’institution. Pendant quatre jours, ils auront droit à une série de communications.

Déjà, la journée d’hier a vu dérouler «le rapport d’évaluation de l’élection présidentielle de mars 2016», œuvre du secrétaire général de la Cour, Sylvain Nouwatin. Ce dernier aura eu le mérite de faire revivre la partition jouée par la Cour constitutionnelle à toutes les étapes de l’organisation du scrutin, la formation initiée au profit des candidats et les sujets développés par ceux-ci. L’activité, selon le président de la Cour constitutionnelle, le professeur Théodore Holo, n’est pas en soi une innovation et sa perpétuation vise à «réaliser la synthèse des insuffisances et des besoins d’amélioration des textes fondamentaux, histoire de faire des recommandations à l’Exécutif et au Parlement». Car, rien n’est définitivement acquis en matière électorale, a prévenu le président de la Cour constitutionnelle qui avoue que même cette élection présidentielle encadrée par la loi n°2013-06 du 25 mars 2013 portant Code électoral en République du Bénin «ne s’est pas déroulée sans problème».
Fidèle à son sens d’anticipation, la Cour constitutionnelle va ensuite passer en revue les dispositions de la même loi en matière référendaire. Et ce, en perspective de la procédure de révision annoncée de la Constitution du 11 décembre 1990. Cette communication intitulée «Le contrôle de régularité du référendum» est confiée au conseiller à la Cour, Akibou Ibrahim.
A partir de ce jour, mercredi 31 août, l’institution va se pencher sur certains textes utiles à son propre fonctionnement. Il s’agit de l’étude de «l’avant-projet du règlement intérieur» et de «l’avant-projet de la loi organique». Cette phase de l’activité, rappelle Théodore Holo, est en lien avec la volonté exprimée au cours des précédents séminaires en faveur d’une relecture des textes fondamentaux de la Cour.
A en croire le président de l’institution, des études ont révélé que certains de ces textes sont susceptibles d’interprétations divergentes ou d’application difficile.

LIRE AUSSI:  Scandale du PPEA II: Le Bureau de l’Auditeur général livre la substance du rapport d’audit