Revalorisation salariale et augmentation du Smig: Les derniers pas vers l’effectivité

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Revalorisation salariale et augmentation du Smig: Les derniers pas vers l’effectivité


Les travailleurs recevront de bonnes nouvelles dans les prochains jours en ce qui concerne la revalorisation de leurs salaires et du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig). C’est ce qu’a fait savoir Wilfried Léandre Houngbédji, secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement, ce mercredi 7 septembre, lors d’un point de presse.

LIRE AUSSI:  Pour le système éducatif: Pascal Irénée Koupaki dévoile ses ambitions

Bonne nouvelle pour les travailleurs de l’administration publique et du secteur privé. La revalorisation salariale et l’augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) annoncées lors de la dernière rencontre avec le chef de l’Etat seront une réalité dans peu de temps. C’est ce qui ressort du point de presse animé par Wilfried Léandre
Houngbédji, secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement ce mercredi, après le Conseil des ministres. S’il est vrai que ce point ne figure pas in extenso dans le communiqué du Conseil des ministres rendu public, il n’est pas moins vrai qu’il a bel et bien été évoqué par le président de la République lors du conclave gouvernemental.
Dans ce cadre, Patrice Talon a eu des échanges avec le comité qui travaille sur le sujet afin de s’enquérir des options retenues conformément aux positions exprimées par chaque partie.
La prochaine étape, ce sera la rencontre qui se tiendra entre des membres du gouvernement et les responsables des Centrales et Confédérations syndicales. Ce sera l’occasion de présenter aux représentants des travailleurs les différentes options retenues.
Selon le porte-parole du gouvernement, les personnes concernées par ces mesures seront informées dans un délai relativement court. « Au plus tard fin novembre prochain, les grandes annonces seront faites», confirme Wilfried Léandre Houngbédji. Ces annonces, poursuit-il, donneront une entière satisfaction à tous les acteurs concernés. Mieux, les Aspirants au métier d’enseignant (Ame) ne seront pas en marge de ces décisions imminentes, informe le porte-parole du gouvernement. « Pour le chef de l’Etat, une promesse est un engagement. Donc, les promesses seront tenues », a martelé le secrétaire général adjoint du gouvernement.
Il faut préciser qu’à la rencontre du 26 avril dernier entre le président de la République et les responsables des Centrales et Confédérations syndicales, plusieurs pistes avaient été explorées pour la revalorisation salariale et l’augmentation du Smig. A la fin, en ce qui concerne le Smig, il a été suggéré une augmentation de
30 %. Ce qui signifie que le Smig devra passer désormais de
40 000 F Cfa à 52 000 F Cfa avec l’exigence pour les employeurs de souscrire l’assurance santé obligatoire pour leurs salariés à compter du 1er janvier 2023.
Pour l’augmentation des salaires, il a été convenu qu’une cagnotte globale soit dégagée et répartie entre augmentation de salaires, amélioration de la situation des Aspirants au métier d’enseignant (Ame) et recrutement des jeunes. Dans ce sens, il avait été retenu que l’augmentation se fasse de manière différenciée, palier par palier. Ainsi, les gagne-petit devraient bénéficier d’un relèvement de salaire plus important que leurs collègues qui sont payés à un niveau plus élevé?

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Un nouveau Code électoral adopté avec de nombreuses innovations