Revue de la Coopération bénino-japonaise au titre de 2021 : L’axe Cotonou-Tokyo renforcé par deux grands projets

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Revue de la Coopération bénino-japonaise au titre de 2021 : L’axe Cotonou-Tokyo renforcé par deux grands projets

Revue de la Coopération bénino-japonaise au titre de 2021 L’axe Cotonou-Tokyo renforcé par deux grands projetsLa coopération entre le Bénin et le Japon au beau fixe

La coopération entre le Bénin et le Japon a porté ses fruits en 2021. Deux grands projets d’infrastructures ayant fait l’objet d’échange de notes entre les deux parties, étaient au cœur de la concertation annuelle sur la coopération bilatérale, tenue ce mercredi 2 février à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Guerre en Ukraine : L'UA dénonce des traitements racistes envers des Africains

Deux projets pilotés par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) ont particulièrement retenu l’attention à la concertation annuelle sur la coopération bilatérale bénino-japonaise au titre de 2021, ce mercredi 2 février à Cotonou. Il s’agit de la construction de l’échangeur du carrefour Vèdokô à Cotonou pour un montant de 17,760 milliards F Cfa et du renforcement des systèmes d’alimentation en eau potable dans les départements du Couffo et du Plateau pour un coût total de 16,775 milliards F Cfa. Ces projets ont fait l’objet de signature et d’échange de notes le 26 janvier et le 16 novembre 2021.
Si la finalisation de l’étude sur le concept détaillé du passage supérieur et autres travaux préliminaires sont en cours, la phase pratique prévue pour démarrer en juin 2022 est cependant retardée par le non déplacement des réseaux de la Soneb, de la Sbee et de Bénin Télecom. En ce qui concerne les ouvrages d’adduction d’eau, la Jica est toujours en attente de l’approbation de l’Etude d’impact environnemental et social (Eies) soumise par la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) à l’Agence béninoise pour l’environnement (Abe) et l’achèvement des procédures d’acquisition de terrains.
Des approches de solutions sont définies lors de la revue, en vue de juguler les goulots d’étranglement et d’accélérer le démarrage de ces projets qui suscitent l’enthousiasme des populations. Pour une meilleure performance, Hermann Orou Takou, directeur de cabinet du ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances (Mef), souhaite que la Jica, bras opérationnel du Japon, implique davantage les services techniques du Mef dans le suivi de ses interventions. Il assure que le gouvernement a mis en place les mécanismes de bonne gouvernance, de suivi et de contrôle pour une bonne gestion des différentes initiatives et interventions du Japon au Bénin.

LIRE AUSSI:  Suite à la marche pacifique d'hier: Les FCBE se désolent des «souffrances inutilement imposées au peuple»

Dynamique

Au nombre des récentes réalisations du Japon au Bénin, les participants ont salué la construction de 176 salles de classe avec latrines dans le département de l’Atlantique dans le cadre du projet Japon VI, le renforcement des capacités de 54 enseignants des lycées techniques du Bénin en mécanique automobile ainsi que le déploiement du programme de co-création de connaissances de la Jica (Kccp) au profit de 150 personnes. Toutes choses qui témoignent de « la constante disponibilité du Japon à accompagner le Bénin dans ses efforts de développement », apprécie M. Orou Takou.
Afin de continuer dans cette dynamique, Shigeru Kondo, chargé d’affaires par intérim de l’ambassade du Japon près le Bénin, plaide pour « une collaboration plus constante et franche » entre les deux parties pour l’implémentation des initiatives communes. Cela facilitera, souligne-t-il, la mise en œuvre du Programme d’assistance alimentaire qui rencontre quelques difficultés actuellement.
« La coopération bilatérale bénino-japonaise est prometteuse de par son dynamisme et son contenu », rassure Franck Armel Afoukou, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. « Elle augure de belles perspectives au regard des engagements qui la sous-tendent », ajoute-t-il.
Instaurée depuis 2013, la concertation annuelle sur la coopération bilatérale s’inscrit dans ce cadre. Elle permet de discuter de la politique de coopération au développement et de l’avancement des projets et d’explorer de nouvelles pistes pour le renforcement des relations bilatérales.