Sahoudatou Orédola Pio au sujet de la Rse: « C’est un outil d’évaluation environnementale ?»

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sahoudatou Orédola Pio au sujet de la Rse: « C’est un outil d’évaluation environnementale ?»

Sahoudatou Orédola Pio

La notion de Responsabilité sociétale des entreprises de moins en moins considérée dans les pratiques pour restaurer l’environnement est un principe primordial d’un intérêt certain. Loin de satisfaire les attentes, un effort se fait en lien avec les autorités et certaines Organisations non gouvernementales qui prennent des initiatives pour inciter les entreprises au respect de ce principe. Dans cet entretien, Sahoudatou Orédola Pio, présidente de Responsabilité sociale et environnementale des entreprises et Organisations au Bénin (Rseeo-Bénin) évoque l’utilité du concept qui commence à émerger.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de lutte contre la désertification : Les manifestations officielles ont eu lieu à Djidja

La Nation : En quoi le principe de la Rse est-il nécessaire dans la protection de l’environnement ?

Saoudath Orédola Pio : La Responsabilité sociétale des entreprises a pour but l’intégration des préoccupations environnementales et sociales à l’ensemble des process de l’entreprise. Elle ne se cantonne pas à respecter les règlementations environnementales en vigueur, mais va bien au-delà. Sa mise en œuvre conduit l’entreprise à remettre en cause son business model afin de le rendre compatible avec la gestion durable des ressources naturelles en posant des actions entrant dans le cadre de la sauvegarde de la biodiversité, la lutte contre la déforestation, la pollution de l’air, de l’eau, des sols participant ainsi à la lutte contre le changement climatique.
La charte nationale sur la Rse dans notre pays, en son volet environnement a prévu les actions que les entreprises opérant sur le territoire béninois peuvent mettre en place pour contribuer efficacement à la protection de l’environnement. Elle n’est pas bien ancrée dans le quotidien de la plupart des entreprises béninoises comme le montrent les résultats de l’étude de 2008 où l’on peut constater que seulement 70 entreprises sur 304 ont déclaré avoir entendu parler de ce concept, soit un taux de ‘‘pénétration’’ global de 23,0 %. Bien souvent, elles mènent des actions éparses qu’on pourrait qualifier d’actions Rse.

LIRE AUSSI:  54e Journée mondiale de l’environnement: Faire de l’utilisation durable des ressources naturelles une priorité

Que doit-on faire pour améliorer la connaissance sur le concept ?

La notion de Rse est un sujet qui évolue au gré de l’actualité et les enjeux ne sont pas les mêmes selon les secteurs d’activité. Tous les métiers sont impactés et chaque service peut insuffler une démarche Rse. Nous avons donc un rôle à jouer dans la montée des connaissances en proposant diverses formations telles que l’e-learning, des rencontres avec d’autres entreprises ou managers plus en avance sur le sujet… Il faut aussi amener les responsables d’entreprises à voir clairement le lien entre intérêt économique et démarche Rse. Elle n’est pas une contrainte supplémentaire comme le pensent certains chefs d’entreprises, mais elle leur permet de répondre effectivement aux attentes croissantes de leurs différentes parties prenantes. C’est un facteur d’innovation par la proposition de nouveaux services ou produits.

Par quel mécanisme l’entreprise peut inscrire la Rse dans son plan d’action ?

Etant des acteurs principaux qui doivent mettre en place une politique Rse au sein de leurs structures, les entreprises ont besoin d’être sensibilisées et formées aux avantages et aux intérêts de la mise en œuvre de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Ensuite, on peut inscrire la Rse au rang d’outils d’évaluation environnementale à travers l’actualisation du décret n° 2017- 332 du 6 juillet 2017 portant organisation des procédures de l’évaluation environnementale en République du Bénin puis définir les conditions de sa mise en œuvre. Il est aussi possible d’intégrer la Rse dans le plan de gestion environnementale et sociale par les audits environnementaux et pour finir inviter le gouvernement à la prise de mesures d’incitation fiscales et la mise en place d’un système d’information Rse au niveau du ministère du Plan et du Développement, étant donné que ce ministère est déjà impliqué dans les activités de promotion de la Rse.

LIRE AUSSI:  Campagne de reboisement dans l’Atacora-Donga: Les embûches à l’opération

Que conseillez-vous pour un meilleur suivi des principes de restauration de l’environnement en cas d’actes dégradants ?

J’invite la population à informer les autorités de la direction départementale de l’Environnement dès qu’il y a des faits attentatoires à l’environnement, conformément aux dispositions de l’article 116 du décret n°2017- 332 du 06 juillet 2017 portant organisation des procédures de l’évaluation environnementale en République du Bénin. Une fois que la plainte est déposée, les autorités compétentes ont l’obligation, selon les dispositions de l’article 109 du décret sus-cité, de procéder à l’inspection environnementale dont le but est de rechercher et de constater l’existence d’une infraction en matière environnementale qui peut aboutir en cas d’atteinte à la suspension des activités de l’entreprise en cause et à l’ouverture d’une procédure pénale. La population peut porter aux autorités compétentes les cas d’atteinte à l’environnement dont elle a connaissance. La loi lui accorde la possibilité de faire cette dénonciation sous anonymat. Par conséquent, elle n’a plus à craindre d’éventuelles répressions de la part de l’entreprise dénoncée.

LIRE AUSSI:  Environnement: Les pollueurs sonores bientôt châtiés à Parakou