Saison artistique 2016: Des acteurs culturels du Mono-Couffo réclament plus d’attention

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Saison artistique 2016: Des acteurs culturels du Mono-Couffo réclament plus d’attention


Une délégation du Fonds d’aide à la culture (FAC) renforcée par des cadres de la direction départementale de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme (DDCAAT) a rencontré hier, lundi 7 septembre à Lokossa, les acteurs culturels du Mono-Couffo. Leurs échanges ont porté sur les termes de références de l’appel à projets relatifs à la saison artistique 2016, sans occulter les frustrations dont se sont plaints par les hôtes.

LIRE AUSSI:  Décentralisation culturelle au Bénin: Treize groupes retenus pour des projets innovants

Du retourd’Abomey, la délégation de la DFAC qui a rencontré hier, lundi 7 septembre à Lokossa les acteurs culturels du Mono-Couffo n’a pas du tout chômé. Elle a dû s’arracher aux débats qui ont tôt fait de glisser vers des préoccupations en latence dans le monde culturel des deux départements.
Tout a commencé aux environs de 9heures avec la présentation des trois différentes catégories de projets attendus dans le cadre de la saison artistique 2016 par le chef du service Etude des dossiers et Programmation des activités au FAC, Carole Agbogla soutenue par le représentant du DDCAAT, Accrombessy Dévotchi. L’exposé a fait cas du processus de traitement des dossiers, en rappelant les réformes intervenues à ce niveau au lendemain de la dotation du milliard culturel. Une part belle a été également fait aux conditionnalités qui entourent chacune des catégories de projets. A ce niveau, la délégation a particulièrement insisté sur la nécessité pour les acteurs culturels, tant physique que moral, de se faire identifier de façon officielle. Accrombessy Dévotchi a indiqué qu’au niveau de la DDCAAT des dispositions sont en cours pour agir suivant ce critère d’identification. « L’administration ne saurait continuer de traiter avec des personnes sans identité », a-t-il insisté. Outre le défaut d’enregistrement, l’exposé a révélé bien d’autres négligences pouvant entraîner l’élimination d’une candidature. Il s’agit, entre autres, du remplissage parcellaire de certains imprimés puis de l’inexistence d’un plan de communication associé au projet soumis, tout comme l’absence de mention de la part de financement devant être supportée par un porteur de projet.
Mais au-delà de toutes ces explications apportées par la délégation, des participants à la séance sont restés convaincus que l’attribution des subventions du FAC est guidée par d’autres logiques entretenues par un «réseautage». Certains ont même juré que l’accès aux subventions du FAC est facilité pour quelques-uns de leurs pairs qui en bénéficient de façon régulière. « Et ceci, au détriment du grand nombre », a déploré le responsable de la coordination communale des artistes, Guy Houénou. A sa suite, ses pairs ont plaidé pour une meilleure prise en compte des acteurs culturels relevant effectivement du Mono-Couffo. La séance a pris fin par la remise aux participants d’une documentation dont le prospectus fournissant des détails et bien d’autres précisions sur les aspects abordés par la délégation au sujet de la saison artistique 2016.

LIRE AUSSI:  Sortie de la nouvelle igname: Dans l’expectative de la célébration