Santé de la mère et de l’enfant: Les églises évangéliques du Bénin promeuvent la planification familiale

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Santé de la mère et de l’enfant: Les églises évangéliques du Bénin promeuvent la planification familiale


L’Ong Espoir de la Famille organise depuis hier mercredi 2 septembre à Porto-Novo, un atelier de deux jours au profit des responsables des églises évangéliques du Bénin pour la promotion de la santé de la reproduction et de la planification familiale. Elle mène ce plaidoyer en partenariat avec le projet Faith + family Planning.

LIRE AUSSI:  Poursuivi pour coups mortels (1er dossier):Roger Lokossouvè condamné à huit ans de travaux forcés

Révérends pasteurs, prophètes et autres responsables de hauts niveaux des églises évangéliques du Bénin participent depuis hier mercredi 2 septembre à un atelier sur la promotion de la santé de la reproduction et de la planification familiale. Il s’agit d’une initiative de l’Ong Espoir de la Famille soutenue financièrement par le projet Faith + family Planning.

En effet, selon le directeur exécutif de l’Ong Espoir de la Famille, l’accès à la planification familiale est un droit fondamental de la personne humaine porteur d’énormes avantages pour le développement économique. Mais la question se heurte à d grands obstacles dans les églises. Bon nombre de leaders religieux pensent que la Planification familiale constitue une atteinte à la loi divine qui recommande la multiplication de l’homme. Dès lors, l’église n’est pas outillée pour informer et éduquer ses fidèles pour une prise en charge correcte de leur santé sexuelle et reproductive. C’est d’ailleurs pour cette raison que plusieurs responsables d’églises continuent de s’opposer à l’utilisation des méthodes modernes contraceptives, explique César Ahouantchédé. Et les conséquences sont immenses. Plusieurs couples et jeunes continuent désespérément d’avoir des grossesses non désirées et s’exposent à la mort et à la pauvreté.
Pendant ce temps, le Bénin s’est engagé à la suite des conférences de Ouagadougou et Sally-Mbour à porter le taux de prévalence contraceptive à 20% d’ici 2018 contre 8,7 en 2013, informe le directeur exécutif de l’Ong Espoir de la Famille. L’atteinte de cet objectif nécessite la contribution de tous les acteurs sociaux dont les confessions religieuses qui regroupent près de 42,8% de la population, estime-t-il. C’est dans ce cadre que s’inscrit la tenue de l’atelier de plaidoyer à l’endroit des responsables aux plus hauts niveaux de l’association des églises évangéliques du Bénin organisé par son Ong, précise César Ahouantchédé.

LIRE AUSSI:  1re édition du concours Dev Champion : Un challenge pour les développeurs de l’Afrique occidentale

Initiative louée

Ainsi, pendant les deux jours de travaux, il s’agira pour les participants d’être outillés d’une part, aux biens fondés de la santé de la reproduction et la planification familiale (SR/PF) et ses avantages pour les fidèles chrétiens. Et d’autre part, d’amener les leaders religieux à élaborer, harmoniser et adopter une Déclaration commune favorable à la SR/PF. Laquelle déclaration sera disséminée aux autres responsables religieux de toutes les dénominations de l’AEEB.
Tour à tour, le président de l’Association des églises évangéliques du Bénin, le révérend pasteur Guilllaume Sogbossi, le président du Collectif des associations des églises évangéliques du Bénin, Nazaire Houn-kpadodé, ont tous loué l’initiative de l’Ong Espoir de la Famille. Ils ont aussi incité les couples à promouvoir la planification familiale afin de réduire le taux de mortalité infantile et maternelle au Bénin. Parlant de taux, Clarisse Ahanhanzo-Glèlè, représentant la directrice de la Santé maternelle et de l’Enfant, a été on ne peut plus clair. Selon elle, 1500 femmes meurent chaque année au Bénin en voulant donner la vie. Le non espacement des grossesses est l’une des principales causes de ces décès. Ce qui montre toute l’importance de cet atelier de sensibilisation. Raison pour laquelle Clarisse Ahahanzo-Glèlè a invité les leaders religieux dont personne n’ignore leurs très grandes influences dans les églises à bien suivre les travaux pour donner à leur tour la vraie information à leurs fidèles afin qu’ils sachent que la planification familiale est un outil de développement.