Séance d’échanges sur le document de Programme-Pays 2019-2023: Contribuer à un plus-être des populations à l’horizon 2023

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Séance d’échanges sur le document de Programme-Pays 2019-2023: Contribuer à un plus-être des populations à l’horizon 2023


Le présidium lors du lancement du rapport pays

Dans le cadre de sa coopération avec le Bénin, le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) a élaboré en collaboration avec le gouvernement le document de Programme-Pays (Cpd) pour le quinquennat 2019-2023. Lequel a été présenté et discuté, vendredi 11 mai dernier à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Affaire placement de fonds de la Cnss à la Bibe: Le jugement mis en délibéré au 24 juillet prochain

La séance d’échanges sur le Document de Programme-Pays (Cpd) entre le Pnud et le gouvernement du Bénin pour le quinquennat 2019-2023 a offert l’occasion aux deux parties de prendre connaissance de la dernière moture de ce document, de l’alimenter et au besoin de l’enrichir. Vendredi dernier, l’exercice s’est imposé pour mieux refléter les attentes des parties, a fait remarquer à l’ouverture des travaux, le ministre d’Etat en charge du Développement, Abdoulaye Bio Tchané. 

« J’ai recommandé que ce programme-pays, reste collé aux résultats du Plan-cadre des Nations Unies pour l’Assistance au développement (Undaf) 2019-2023 qui vise la prise en compte des problèmes et la satisfaction des besoins des populations béninoises », a expliqué le ministre d’Etat, indiquant ensuite qu’il a « fortement suggéré qu’il était un impératif que le mandat des Nations Unies autour des Objectifs du développement durable soit la pierre angulaire de ce Cpd ». Pour lui, en effet, l’opérationnalisation des cibles Odd prioritaires du Bénin doit être la clé de voûte du document.
« Le document devrait viser à accompagner la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du cadre national de planification et de programmation du développement organisé autour du Programme d’action du gouvernement, du Programme de croissance pour le développement durable et du Plan national de développement », a poursuivi Abdoulaye Bio Tchané dans sa brève allocution introductive à la séance.
Pour Koudaogo Ouédraogo, coordonnateur résident par intérim des activités opérationnelles du Système des Nations Unies au Bénin, ce document servira de boussole pour les activités de la coopération Bénin-Pnud durant la période 2019-2023 et son élaboration a bénéficié d’un processus très inclusif. « La formulation du Cpd est un processus consultatif qui a engagé non seulement le Pnud et le gouvernement, mais également tous les acteurs au développement dans le pays, en premier lieu, les agences du Système des Nations Unies, les autres partenaires au développement, les organisations de la société civile, le secteur privé, les centres de recherches et les médias », note-t-il. D’autres groupes spécifiques à l’instar des femmes, des jeunes, des personnes en situation de handicap ou des personnes vulnérables ont été également consultés.

LIRE AUSSI:  2e arrondissement de Natitingou: Marguerite Daraté fait le point des réalisations

Document futuriste orienté développement

Aussi, indique-t-il que le processus d’élaboration de ce document est parti d’une actualisation de l’analyse situationnelle du développement du Bénin pour définir une théorie de changement devant conduire à des choix programmatiques en vue de contribuer à un mieux-être, voire à un plus-être des populations à l’horizon 2023.
Concrètement, martèle Koudaogo Ouédraogo, ce Cpd vise un double objectif. Premièrement, il s’agit de promouvoir une croissance économique inclusive, forte et durable en stimulant l’économie locale, en assurant la fourniture de services aux jeunes, aux femmes et aux personnes handicapées afin d’améliorer leur capacité d’insertion professionnelle et leur permettre de renforcer les investissements dans des moyens de subsistance durables, tout en mettant l’accent sur les personnes vulnérables et les personnes à risque.
En raison de la forte dépendance de la population vis-à-vis de l’agriculture, le programme investira dans l’agriculture intelligente et l’économie verte ainsi que dans les ressources naturelles et la gestion des risques de catastrophe en vue de renforcer la résilience au niveau institutionnel et communautaire.
Deuxièmement, il entend promouvoir la bonne gouvernance et l’État de droit en appuyant les efforts nationaux de renforcement des capacités de l’administration publique et des institutions locales à conduire des réformes susceptibles d’induire la diversification économique, d’accélérer la croissance économique durable, d’augmenter les revenus, d’améliorer la fourniture des services de base et de renforcer la participation communautaire et citoyenne à la formulation et à la mise en œuvre de politiques publiques.
De manière spécifique, retient-il, « le programme cherchera à améliorer les politiques publiques de diversification des sources de croissance et de redistribution durables, en particulier l’introduction de filets de sécurité sociale ciblant les populations marginalisées ». Les interventions prévues au cours du Programme-pays contribueront à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable (Odd).