Séance d’échanges sur les danses traditionnelles: Des étudiants de Querétaro s’instruisent sur le patrimoine culturel béninois

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Séance d’échanges sur les danses traditionnelles: Des étudiants de Querétaro s’instruisent sur le patrimoine culturel béninois


Apres plusieurs spectacles dans huit villes du Mexique, le ballet national du Bénin a été sollicité pour échanger avec des étudiants de l’Université de Querétaro sur certains de ses tableaux. Une séance d’échanges avec les étudiants en sociologie par les responsables de ladite université. Occasion pour le directeur du ballet national, Marcel Zounon de leur fournir des explications sur le contenu historique des danses exécutées.

LIRE AUSSI:  Théâtre: Le gong du Fitheb 2018 a résonné !

A quoi répondent les masques Guèlèdè ? Peuvent-ils être portés par des femmes ? Pourquoi tant de battements de poitrine au cours d’une danse ? Quel est ce rituel à travers lequel, on enveloppe une personne dans un pagne rouge ? Ce sont autant de préoccupations exprimées par des étudiants en sociologie de l’Université de Querétaro après la présentation des danses «Guèlèdè», «Tipenti»,

«Sakpata» et «Akonhoun» par les chorégraphes du ballet national au Mexique. Pour éclairer leurs lanternes, le directeur du ballet national Marcel Zounon s’est entretenu avec eux. Occasion pour lui de rappeler l’origine de la danse «Guèledè» reconnue comme patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est une société de masques entretenue et gardée par des femmes qu’on retrouve dans certaines contrées du Sud-Bénin, leur a-t-il expliqué.
Pour ce qui est du «Tipenti», il s’agit d’une danse de réjouissance exécutée par les peuples Otammari. Les nombreuses pirouettes faites par les danseurs de «Sakpata» ont également impressionné l’assistance. Le directeur leur a fait comprendre qu’elles sont comparables au mouvement de la terre autour du soleil. La danse «Sakpata» est celle de la divinité qui a permis aux ancêtres d’éliminer des maladies endémiques, souligne Marcel Zounon. Le «Akonhoun» d’Abomey a été la grande attraction. Très touché par les démonstrations des chorégraphes, le professeur de sociologie à l’Université de Querétaro, Gererdo Vasquez Pina a fait savoir son intérêt et celui de ses étudiants pour le contenu historique de cette richesse du patrimoine culturel immatériel du Bénin. Des explications ont été données à chacune de leurs préoccupations par le numéro 1 du ballet national, ont témoigné des membres de la délégation béninoise en terre mexicaine.

LIRE AUSSI:  Nouveau conflit de succession à Abomey: Les Agoli-Agbo se disputent le fauteuil de la lignée

Une visite aux nombreuses retombées

De nombreuses distinctions, des invitations pour des festivals à Porto-Rico, Honduras, Chalco (Mexique)… un partenariat avec le Mexique dans les domaines artistique, culturel, touristique et agricole, des Mexicains impatients de visiter le Bénin pour mieux s’imprégner de sa culture et contempler ses sites touristiques. Ce sont, entre entres, les retombées de la tournée effectuée par le ballet national au Mexique. Un voyage autorisé par le gouvernement du président Patrice Talon et pour lequel, le ministre de la Culture, Ange N’koué et celui de l’Artisanat Lazare Sêhouéto se sont engagés. Les ambassadeurs culturels du Bénin rentrent au bercail le mercredi 31 août prochain avec la satisfaction d’avoir fait connaitre leur pays à un autre, qui lui, reste très attaché à la préservation du patrimoine culturel immatériel. A Zacatecas, Puebla, Santa Isabel, Metepec, Chalco, Querétaro…, les poulains de Marcel Zounon et de Koffi Adolphe Alladé ont exhibé leurs talents à travers les danses royales, les danses de réjouissance et celles cérémonielles du Bénin avec, comme on peut le constater, des impacts qui se laissent apprécier ¦