Séance de travail avec l’Intersyndicale de la santé: « Nous sommes sortis satisfaits », dixit Adolphe Houssou, porte-parole des grévistes

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Séance de travail avec l’Intersyndicale de la santé: « Nous sommes sortis satisfaits », dixit Adolphe Houssou, porte-parole des grévistes


La séance tenue samedi 11 septembre dernier à la Présidence de la République entre les grévistes de la santé et le Gouvernement, sous l’autorité du président de la République a permis de trouver des solutions aux revendications, objet de la grève dans le secteur depuis plus de deux mois.

LIRE AUSSI:  Coopératives d’utilisation des matériels agricoles: L’Université d’agriculture de Kétou dissémine l’expérience béninoise

Echanges, explications, confessions, révélations, conciliations… La séance de travail entre le chef de l’Etat et les représentants des travailleurs du secteur de la santé en grève a permis de faire des bonds qualitatifs qui augurent de lendemains meilleurs mais aussi et surtout d’une imminente sortie de crise et donc d’un fonctionnement normal des hôpitaux publics.
Plus rien ne devrait désormais justifier la poursuite du mouvement de grève après cette séance de travail au terme de laquelle, le président de la République a conclu que Gouvernement et grévistes sont « tellement en phase ».
Mais pour la levée du mot d’ordre de grève, il faudra patienter, le temps pour les deux parties de signer d’ici là le protocole résumant les conclusions de cette séance. Aussi devra-t-on attendre qu’Adolphe Houssou et ses pairs de l’intersyndicale rendent compte des avancées obtenues à leur base avant toute décision. Ce qui est certain, c’est que les deux parties sont parties satisfaites de la séance, ce qui fait dire au ministre de la Santé, Alassane Séidou qu’« il y a une évolution positive », alors que de son côté, Adolphe Houssou soutient : « Nous sommes sortis avec satisfaction. Le chef de l’Etat a bien communiqué avec nous. La concertation ne va pas durer. Nous mettrons le week-end à profit pour communiquer avec notre base ».
Sur la première préoccupation, celle relative aux primes de risque et de motivation, le consensus n’a pas tardé à se faire. Les syndicalistes ayant souhaité par exemple que certaines des primes exigées ne soient pas saucissonnées mais payées en bloc, « afin d’en constater l’effectivité », il a été demandé au ministre des Finances de tenir compte de leurs exigences. L’un dans l’autre, les primes dues seront payées, assure le président Patrice Talon qui s’engage à ce qu’avant 2019, toutes ces questions soient conjuguées au passé. De quoi donner le sourire aux porte-parole des travailleurs qui ont d’ailleurs salué le pragmatisme du chef de l’Etat, la sincérité de son discours et la courtoisie de son verbe.
Sur le second point, celui relatif à la prise en compte des travailleurs au sein du comité chargé des réformes dans le secteur de la santé, le président Patrice Talon a montré aux syndicalistes que leur revendication n’était pas fondée et que le Gouvernement ne peut être que de bonne foi dans ses prévisions, face aux nombreux maux qui minent le secteur. Maux que ces responsables syndicaux n’ignorent d’ailleurs pas et ont amplifié par de nombreuses révélations sur les pratiques peu catholiques dans le secteur. Mais les amendements à proposer seront prises en compte tant qu’elles seront pertinentes, s’est engagé le chef de l’Etat. Les autres revendications des travailleurs qui tiennent pour l’essentiel à des préoccupations d’ordre administratif n’ont pas été occultées. Les ministres en charge de la Santé, de la Fonction publique et des Finances y donneront suite et prendront les arrêtés subséquents?
J. F. M.

LIRE AUSSI:  Législatives avril 2019: L’opposition se fait entendre par une marche