Criet/Pour usage de fausse attestation et escroquerie: Sébastien Ajavon condamné à cinq ans de prison ferme (Mandat d’arrêt décerné contre l’homme d’affaires)

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Criet/Pour usage de fausse attestation et escroquerie: Sébastien Ajavon condamné à cinq ans de prison ferme (Mandat d’arrêt décerné contre l’homme d’affaires)


L’affaire qui oppose Sébastien Germain Ajavon à l’Etat béninois, précisément la direction générale des Impôts a livré son verdict tard dans la nuit du lundi 1er mars dernier à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

LIRE AUSSI:  Cep : le naufrage collectif de 2016 hante encore les esprits

Au pénal, l’homme d’affaires a été condamné par défaut à cinq ans d’emprisonnement ferme et à 2,4 millions F Cfa d’amende. Il a été déclaré coupable des faits d’usage de fausse attestation et d’escroquerie. Absent à la barre, la cour a décerné un mandat d’arrêt contre lui. Au plan civil, Sébastien Germain Ajavon est condamné à payer à l’Etat béninois à titre de dommages-intérêts les sommes de 80 958 254 863 F Cfa pour les préjudices subis par l’administration fiscale et 60 milliards F Cfa pour les autres préjudices non fiscaux. Ce qui fait un montant total de 140 958 254 863 F Cfa de réparation à la charge de l’ex-roi de la volaille hors du pays depuis 2018.
Mouftaou Lalèyè, co-prévenu de l’homme d’affaires, a été, quant à lui, retenu dans les liens de fausse attestation.
Il a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme et à 400 mille F Cfa d’amende. La cour a décerné un mandat de dépôt contre Mouftaou Lalèyè qui était présent à la barre. L’ancien ambassadeur du Bénin près le Nigeria séjourne désormais à la prison civile d’Akpro-Missérété. Les deux condamnés ont chacun 15 jours pour faire appel s’ils ne sont pas satisfaits du jugement de cette affaire qui remonte à 2013 sous le régime précédent.

LIRE AUSSI:  Route des pêches : les mesures de relogement des sinistrés précisées

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau