Secteur de la Justice: Des greffiers en chef rétrogradés

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Droits et devoirs |   Commentaires: Commentaires fermés sur Secteur de la Justice: Des greffiers en chef rétrogradés


Six greffiers, précédemment promus à la tête du service de divers greffes, viennent d’être écartés des tribunaux et des cours d’appel du Bénin puis redéployés au niveau de certaines directions techniques du ministère de la Justice et de la Législation.

LIRE AUSSI:  Infractions se rapportant à la période électorale:Quelles sont les actions et omissions punies par la loi ?

Il s’agit des greffiers en chef des cours d’appel de Parakou et d’Abomey ainsi que des greffiers en chef des tribunaux de première instance de deuxième classe de Parakou, de Porto-Novo, d’Abomey et d’Abomey-Calavi. Si les deux greffiers des cours d’appel sont enrôlés au sein du personnel du Centre national de casier judiciaire (Cncj), les quatre restants sont répartis dans trois autres structures à savoir la Direction des affaires civiles et des sceaux (Dacs), la Direction des affaires pénales et des grâces (Dapg) et la direction de la législation et de la codification. Ainsi en a décidé le cabinet du ministre Séverin Quenum à la faveur de la circulaire numéro 058/mjl/sgm/daf/dspj/srhds/sa qui a été prise, le 20 octobre dernier.

Ce faisant, le garde des Sceaux met en exécution les instructions du Conseil des ministres qui s’est penché, le mercredi 20 février 2019, sur les résultats des audits de la gestion du service de greffe pendant la période allant de 2013 à 2017. Lesquels audits ont révélé beaucoup d’irrégularités liées à la gestion des opérations de consignation, de scellés en numéraire et de succession. Citant nommément les greffiers épinglés, le Conseil des ministres avait instruit pour des sanctions administratives en plus du déclenchement des poursuites judiciaires à l’encontre de deux des greffiers en chef présumés fautifs.
Pour rappel, ce sont les malversations relevées au greffe du tribunal de première instance de Cotonou qui ont motivé le gouvernement à commanditer, en avril 2018, un audit de gestion de tous les tribunaux et cours d’appel.
Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo

LIRE AUSSI:  Meurtre commis par Polimon Bio Sanga: Vingt ans de réclusion criminelle