Secteur de la microfinance: Salem Braha Finance Sarl et Agri Finance reçoivent leurs agréments

Par Pintos GNANGNON,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Secteur de la microfinance: Salem Braha Finance Sarl et Agri Finance reçoivent leurs agréments


La famille des institutions de microfinance au Bénin s’agrandit de deux nouveaux membres. Il s’agit de Salem Braha Finance Sarl et Agri Finance qui ont reçu hier mardi 10 mars leurs agréments de l’Agence nationale de surveillance des systèmes financiers décentralisés. Elles sont désormais autorisées à exercer leurs activités sur toute l’étendue du territoire, conformément à la loi qui régit le secteur.

LIRE AUSSI:  Drame sur le fleuve Niger: Des corps continuent d’être repêchés

Salem Braha Finance Sarl et Agri Finance ont, au bout de plusieurs années de procédures, obtenu leurs agréments et sont désormais autorisées à exercer en tant qu’acteurs des systèmes financiers décentralisés au Bénin.
Selon Isaac Sacca, président du Conseil d’administration d’Agri Finance, cet agrément marque la reconnaissance officielle de la coopérative dont il est l’un des acteurs clés. Un agrément obtenu au bout d’un processus enclenché depuis 2009 et qui entre-temps a obligé les responsables à suspendre les activités du projet, puis à reconstituer les dossiers conformément à la nouvelle loi.
Quant à Augustine Ahonon, présidente de l’assemblée générale de Salem Braha Finance, elle a remercié la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et le ministère de l’Economie et des Finances pour avoir donné une suite favorable à leur demande. Elle a promis au nom de ses collègues que l’institution financière décentralisée dont elle est membre ne décevra pas la confiance placée en elle et que les clients seront traités avec grand intérêt.
Louis Biaou, directeur général de l’Agence nationale de surveillance des systèmes financiers décentralisés, remercie la Bceao pour l’accompagnement dont la structure qu’il dirige bénéficie.
Il rappelle que l’inclusion financière ne saurait être une réalité s’il n’y a pas de prestataires, et pour cela, il invite les dirigeants des deux institutions de microfinance agréées à prendre conscience de leurs responsabilités et surtout s’approprier les textes qui régissent leur profession ; au cas contraire ils auront des surprises désagréables, avertit-il.
Louis Biaou informe les responsables de ces deux institutions qu’ils devront investir tant en argent qu’en énergie et en temps. Il leur a conseillé de formaliser leur adhésion à l’association professionnelle dans un délai raisonnable et ce, en respect des textes en vigueur. Il avertit aussi qu’ils doivent rester disponibles lors des contrôles qui peuvent se faire même sur des comptes privés.

LIRE AUSSI:  Le procureur de la République au sujet de l’affaire dite Candide Azannaï: «La mise en arrestation jamais à l’ordre du jour au parquet de Cotonou»