Secteur de la santé : les inégalités salariales entre hommes et femmes relevés

Par Catherine Fiankan-Bokonga,

  Rubrique(s): International |   Commentaires: Commentaires fermés sur Secteur de la santé : les inégalités salariales entre hommes et femmes relevés

Secteur de la santé

 

Selon un rapport conjoint de l’Organisation internationale du Travail (Oit) et de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), au niveau mondial, environ 67,2 % des travailleurs dans ce secteur de la santé et des soins étaient des femmes en 2020 alors qu’il était d’environ 70,3 %
en 2013. Cela indique que plus d’hommes ont rejoint le domaine au cours de cette période. Malgré cela, l’écart de 24 % constaté entre le salaire des hommes et celui des femmes, dans la profession, révèle que l’inégalité est plus importante que dans les autres secteurs économiques.

LIRE AUSSI:  Chine : un avion avec 132 personnes à bord s’écrase dans le sud-ouest du pays

Intitulé « L’Écart salarial entre hommes et femmes dans le secteur de la santé et des soins : Analyse de la situation dans le monde à l’ère du Covid-19 le document rédigé conjointement par l’Oms et l’Oit, constate que, malgré la pandémie de Covid-19 et le rôle crucial joué par les travailleurs de la santé et des soins, l’égalité salariale n’a connu que des améliorations marginales entre 2019 et 2020. Une grande partie de l’écart salarial est inexpliquée. On se demande s’il est lié à la discrimination à l’égard des femmes qui représentent 67 % du personnel de ce secteur d’activité.

Source d’emploi

Dans presque tous les pays et territoires du monde, le secteur de la santé et des soins constitue une source d’emploi majeure. Les travailleurs de ce domaine représentent environ 3,4 % de l’emploi mondial total. Les estimations montrent clairement que le domaine constitue une source importante d’emplois pour les femmes dans les régions où elles représentent 40 % ou plus de la population active.

LIRE AUSSI:  Gabon: Investiture d’Ali Bongo sur fond de tension

Ecart de salaire lié au genre

L’analyse exhaustive sur les inégalités salariales entre hommes et femmes dans le domaine de la santé, révèle un écart de rémunération brut d’environ 20%. La différence passe à 24 % si l’on tient compte de facteurs tels que l’âge, l’éducation et le temps de travail. Ces résultats montrent que les femmes sont sous-payées par rapport aux hommes sur le marché du travail.

Inégalités au niveau mondial et régional

Le secteur représente environ 10 % de l’emploi total dans les pays à haut revenu, contre moins de 1,0 % dans les pays à faible revenu. Dans toutes les régions, la proportion d’emploi dans le secteur par rapport à l’emploi total est la plus faible en Afrique, en Asie et dans le Pacifique (1,6 %) et la plus élevée en Europe et en Asie centrale (8,8 %). Elle représente 3,7% dans les États arabes et 7,4% dans les Amériques.

LIRE AUSSI:  Syrie: Nouveau round de discussions en Suisse

Mères de famille pénalisées

Des pénalités supplémentaires semblent être attribuées aux mères travaillant dans le secteur car les écarts de rémunération sont particulièrement importants pendant les années de procréation d’une femme. Les différences persistent durant le reste de la vie professionnelle. Le rapport indique qu’un partage plus équitable des tâches familiales entre les hommes et les femmes pourrait, dans de nombreux cas, amener les femmes à faire des choix professionnels différents.

Origine des écarts

Selon le rapport, les raisons pour lesquelles les femmes sont moins payées que les hommes à profil similaire sur le marché du travail dans le secteur de la santé et des soins à travers le monde restent, dans une large mesure, inexpliquées par les facteurs du marché du travail. Les différences d’âge, d’éducation, de temps de travail et la différence de participation des hommes et des femmes dans les secteurs public et privé ne traitent qu’une partie du problème.

LIRE AUSSI:  Egalité femmes-hommes: Accélération des progrès souhaitée

Avenir

D’après les auteurs du rapport. Manuela Tomei (Oit) et Jim Campbell (Oms), la sortie de la pandémie devrait être centrée sur l’humain. Pour ce faire, il faudrait accroître l’investissement mondial dans les protections sociales universelles, accélérer la création d’emplois décents et s’engager à réduire les inégalités entre les sexes. Cela implique aussi, entre autres, de reconsidérer la façon dont est valorisé le travail des femmes et l’importance relative des secteurs de l’économie.