Secteur de l’Energie : l’autosuffisance inexorablement amorcée

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Secteur de l’Energie : l’autosuffisance inexorablement amorcée

Une vision, des investissements conséquents, et la lumière fut pérenniséeUne vision, des investissements conséquents, et la lumière fut pérennisée

Diversification et consolidation des ressources énergétiques, amélioration de l’accès de tous à l’énergie et renforcement des réformes sectorielles et institutionnelles… Le secteur de l’Energie a fait un bond qualitatif historique en 2021. C’est la preuve que l’autonomie énergétique du Bénin est maintenant plus qu’à portée de main.

LIRE AUSSI:  Fête de Noël 2017: Les célestes accueillent la naissance de Jésus à la plage de Sèmè-Podji

L’autonomie énergétique tant souhaitée par le président Patrice Talon se concrétise progressivement. De zéro mégawatt en 2016, le pays affiche près de 70 % de suffisance énergétique, notamment grâce à la construction de la centrale de Maria-Gléta 1 et à la réhabilitation des centrales thermiques du parc de production de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee).
En très peu de temps, beaucoup d’actes ont été posés. Et presque tous les domaines du système électrique ont été impactés. De la production de l’électricité à l’amélioration de la gouvernance du secteur, en passant par le transport et la distribution, l’adaptation aux impacts des changements climatiques et mesures d’atténuation, tous les domaines sont explorés. Même le cadre juridique et institutionnel du secteur n’a pas été occulté. Aujourd’hui, le Bénin dispose d’environ 180 Mw en capacité propre de production grâce, entre autres, à la réhabilitation des centrales thermiques Wartsila de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) pour 30 Mw à Porto-Novo, Parakou, Natitingou et à la construction de la centrale thermique dual fuel de 127 Mw de Maria Gléta 2. À cela, il faut ajouter la diversification des sources d’importation après avoir obtenu une dérogation historique au Code bénino-togolais de la Ceb (Communauté électrique du Bénin).Cela a permis une amélioration significative des performances de la Sbee.

Les actions remarquables

66 pour cent ! C’est le taux qu’affichait le ministère de l’Energie au titre de l’exécution des projets du Programme d’action du gouvernement à fin août 2021. Les détails liés à cette performance ont été présentés aux acteurs, vendredi 10 septembre dernier, lors de la quatrième session du Comité sectoriel de suivi du Pag. Ainsi, dans le souci de poursuivre l’amélioration des conditions de vie des populations, il était prévu pour le compte de l’année 2021, un budget ambitieux de 59 milliards F Cfa pour 25 projets. Et pour atteindre ces objectifs, Dona Jean-Claude Houssou, ministre de l’Energie, avait remis, jeudi 25 février dernier, aux responsables des structures sous tutelle des lettres de mission. Mais avant, il a pris part à une importante rencontre par visioconférence avec les membres de la Coordination du Nouveau départ de la diaspora béninoise, dimanche 24 janvier 2021. Lors des échanges, il a présenté aux participants la vision du gouvernement pour assurer l’autonomie énergétique. « Des investissements massifs ont été faits dans le secteur de l’Energie et continuent de se faire grâce à la volonté manifeste du président Patrice Talon qui a compris très tôt le caractère stratégique de cet intrant majeur pour le développement socio-économique de notre pays. La dynamique doit se poursuivre avec la contribution de chacun pour que l’autonomie énergétique se concrétise », a-t-il souhaité.
Le 6 mai 2021, le ministre a lancé officiellement le volet 2 du Programme régional de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (Prodere 2). Ce projet est le fruit d’une coopération réussie entre les États membres de l’Uemoa qui ont décidé d’harmoniser leurs réflexions et de mutualiser leurs moyens pour lever les financements nécessaires à l’acquisition et au déploiement de solutions durables pour l’électrification des localités rurales. Il consiste en la substitution de 4 500 lampadaires d’éclairage public par des lampadaires Led à basse consommation dont 2 500 dans les communes de Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Abomey-Calavi, Abomey et Bohicon et 2 000 répartis dans les autres communes, en l’acquisition et l’installation de 500 lampadaires solaires de type ‘’All in one’’ dans les localités rurales frontalières et dans les abords de postes péage-pesage. Il prend aussi en compte la construction et l’exploitation de microcentrales solaires photovoltaïques dont le nombre à réaliser sera déterminé par les conclusions des études de faisabilité à conduire dans un ensemble de 22 localités rurales dans les départements de l’Alibori, de l’Atacora, du Borgou, des Collines, de la Donga, de l’Ouémé, du Plateau et du Zou.

LIRE AUSSI:  Festivités plombées par la morosité économique à Abomey et Bohicon

Contribuer à la croissance économique

Le 30 novembre dernier, l’autorité ministérielle a effectué une descente sur le site de la construction de la centrale solaire d’Illoulofin dans la commune de Pobè. Au total, 60 % de taux d’avancement est noté, dont 20 %
sur la ligne d’évacuation et 33 % sur les postes de la Ceb. Cette centrale solaire qui est une première est réalisée dans le cadre du projet Défissol dont l’objectif est de contribuer à la croissance économique du Bénin en aidant l’opérateur électrique à accroître ses performances et d’améliorer la qualité de service. Après cette étape, Jean Claude Houssou a également visité, 21 décembre dernier, les deux infrastructures majeures sorties des entrailles du Projet de restructuration et d’extension du réseau de la Sbee dans le département de l’Atlantique (Prera) et du Millennium challenge account. Il s’agit notamment du poste source de Cococodji dans la commune d’Abomey-Calavi et du poste de Fidjrossè. Ces installations sont destinées à éradiquer les problèmes de baisse de tension pour le bonheur des populations. L’autre projet qui a connu la visite de l’autorité de tutelle, mardi 22 décembre dernier, est la Zone économique spéciale de Glo-Djigbé. Ce pôle d’attraction industrielle, se concrétise assurément, notamment avec son raccordement très prochainement au réseau conventionnel de la Société béninoise d’énergie électrique.

LIRE AUSSI:  Fête de Noël 2017: Les célestes accueillent la naissance de Jésus à la plage de Sèmè-Podji

Renforcement du cadre juridique

La vision d’une autonomie énergétique a permis au gouvernement de toucher tous les maillons du secteur. C’est dans le but d’assurer une bonne gouvernance, de garantir l’équilibre financier du secteur et la durabilité des investissements, ainsi que le développement des énergies renouvelables et celui de l’électrification hors réseau que le cadre juridique et institutionnel du secteur a été réformé. On note, en effet, l’adoption du Plan directeur du secteur de l’électricité à l’horizon 2035, l’adoption de la politique nationale pour l’électrification hors réseau, du Plan directeur pour l’électrification hors réseau, la prise d’un décret portant réglementation de l’électrification hors réseau en République du Bénin, l’adoption du Document de politique nationale de développement des énergies renouvelables (Ponader) et celle en cours du document de Politique nationale de maîtrise de l’énergie (Poname). De même, le pays s’est doté d’une nouvelle loi portant code de l’électricité en République du Bénin. En termes de réformes, on ne saurait passer sous silence la mise en œuvre d’une nouvelle révision de l’accord international portant code bénino-togolais de l’électricité, l’adoption d’un décret fixant les normes minimales de performance énergétique au Bénin dans le cadre de la maîtrise de l’énergie, l’approbation d’une étude et d’un plan tarifaire de l’électricité. Face à ces résultats obtenus, il est plus que jamais nécessaire que la dynamique continue, pour sortir définitivement le secteur de l’énergie de l’ornière et assurer durablement des lendemains meilleurs au pays.