Sécurité de l’aviation en Afrique – Océan indien Les enquêtes sur les accidents d’aéronefs en débat à Cotonou

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sécurité de l’aviation en Afrique – Océan indien Les enquêtes sur les accidents d’aéronefs en débat à Cotonou


Cotonou abrite, du 12 au 15 novembre, un atelier régional sur les enquêtes sur les accidents et incidents d’aviation (Aig) dans les Etats de la région Afrique – Océan indien. Les travaux ont été lancés, ce mardi, par le directeur de cabinet du ministre des Infrastructures et des Transports, Joseph Ahissou.

LIRE AUSSI:  Programme entrepreneurship de la Fondation Tony Elumelu du Nigeria: Le Premier ministre soutient la formation de jeunes employeurs

Mettre en place dans les Etats de la région Afrique – Océan indien (Afi)un système national d’enquêtes des accidents et incidents d’aviation, en conformité avec les documents pertinents de référence. C’est le but de l’atelier régional ouvert ce mardi à Cotonou, sous l’égide de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci).Pendant quatre jours, les participants provenant de plus de 25 pays d’Afrique et d’organisations internationales, échangent sur les orientations pour l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre harmonisé de points de vue législatif, réglementaire et organisationnel ainsi que les procédures connexes requises pour l’établissement dudit système.
L’atelier de Cotonou permettra l’amélioration du système de la sécurité aérienne dans la région Afi où le taux d’accident reste le plus élevé, espère Ali Ousmane, représentant de l’Oaci. Il fait observer que la mise en œuvre des enquêtes sur les accidents en Afrique reste faible (41,21 %) et donc inférieure à la moyenne (58,60 %).
La Conférence ministérielle sur la sécurité de l’aviation en Afrique tenue en juillet 2012 à Abuja au Nigeria, avait recommandé la mise en œuvre d’actions en vue de la réduction à la moyenne mondiale du taux d’accident élevé en Afrique.C’est ainsi que dans le cadre du Groupe régional de la sécurité aérienne pour l’Afrique – Océan indien (Rasg-Afi), des initiatives de sécurité ont été développées pour répondre aux défis de sécurité régionaux; et un projet a été élaboré pour aider les Etats africains à établir des entités indépendantes d’enquêtes sur les accidents aux niveaux national et régional. « Il n’est plus question d’attendre des catastrophes du genre de celle qu’a connue le Bénin, le 25 décembre 2003 (Ndlr: crash d’un Boeing 727) ; car de nos jours, l’analyse des incidents représente l’une des voies de prévention des accidents », indique Ali Ousmane. « C’est après 1000 incidents non décelés que survient un accident », souligne l’expert régional en navigabilité.
Un accident majeur en aviation civile est une crise nationale et internationale qui dépasse le domaine de l’aviation civile seule, souligne Karl Lègba, directeur de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac). Les enquêtes en la matière ne constituent pas seulement une activité technique mais doivent également tenir compte du contexte de crise sociopolitique. D’où il importe d’encourager diverses formes de coopération adaptées à l’environnement géographique, culturel, politique et ou juridique spécifique. « Cela pourrait également aller au-delà des régions grâce à la mise en place de mécanismes transcontinentaux, notamment entre pays ou sous-régions ayant des liens historiques, linguistiques et culturels », ajoute Karl Lègba.
La réunion qui prend fin vendredi prochain, vient donc à point nommé pour se pencher sur « ce sujet sensible qui fait peur et fait stresser plus d’un », dira Joseph Ahissou, directeur de cabinet du ministre des Infrastructures et des Transports. Il s’est réjoui du choix de Cotonou pour abriter cet atelier avant de souhaiter de fructueux échanges aux participants, à l’ouverture des travaux.
Un choix qui n’est pas fortuit, à en croire Ali Ousmane. Cela répond, selon lui, aux « progrès réalisés par le Bénin dans le rehaussement du niveau d’amélioration de la sécurité de l’aviation civile en général et l’engagement qualitatif et participatif de la jeune équipe en place aux événements régionaux ».

LIRE AUSSI:  Vulgarisation des textes nationaux en matière d’aviation civile : Promouvoir un transport aérien sûr, ordonné et efficace