Sélection de cabinet pour la mise à disposition du personnel enseignant: Ce qu’ambitionne le gouvernement

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sélection de cabinet pour la mise à disposition du personnel enseignant: Ce qu’ambitionne le gouvernement


L’avis à manifestation d’intérêt, pour la sélection de cabinets de placement en vue de la mise à disposition de personnel enseignant, consiste à mieux gérer les prochaines rentrées scolaires. C’est l’une des explications fournies par une source approchée par notre rédaction au regard de la polémiques qui s’enfle depuis la diffusion de l’avis.

LIRE AUSSI:  Lutte contre Ebola:Des semences au profit de 200 000 agriculteurs

L’une des mesures du gouvernement pour mieux assurer la prochaine rentrée scolaire fait l’objet de vive polémique. L’avis à manifestation d’intérêt pour la sélection de cabinets ou structures de placement, en vue de la mise à disposition de personnel enseignant est soumis à diverses interprètations. A travers cet avis diffusé par le gouvernement le lundi 9 décembre, il s’entend que l’objectif est de bien préparer les rentrées prochaines, notamment celle de 2020-2021. Si l’avis est valable jusqu’au 31 janvier 2020, ses effets ne seront pas pour cette année scolaire en cours, selon les explications d’une source bien renseignée. Selon celle-ci, il s’agit d’une mesure pour anticiper sur d’éventuelles difficultés à la prochaine rentrée scolaire. Pour mémoire, le gouvernement a dû recourir en septembre dernier, aux services des diplômés retenus dans la base de données des aspirants au métier d’enseignant. Ainsi, l’Agence nationale pour l’emploi a été chargée de gérer environ 30.000 emplois créés dans le primaire et le secondaire, avec la mise à disposition des aspirants dont l’effectif s’élève à 15875 dans le secondaire et 10686 dans le primaire. Pourtant, ce n’est pas la vocation première de l’Anpe, informe la source qui confie que c’était une solution d’attente que le gouvernement a mise en œuvre, le temps de mettre en place une solution durable.
L’autre raison qui pourrait justifier cette mesure est qu’en l’état, le gouvernement ne peut pas recruter directement autant de monde à la fois dans le secteur au risque d’exploser le ratio communautaire. Ce dernier recommande que les salaires ne coûtent pas plus de 35% du budget annuel de l’Etat. « C’est donc une mesure responsable autant que prospective que prend le gouvernement pour anticiper sur les problèmes futurs. Il s’agit de garantir à tous les apprenants béninois, la disponibilité des enseignants sur toute l’étendue du territoire national », justifie-t-on. Visiblement, l’on s’aperçoit que loin de précariser l’emploi, on le promeut. Car, avec les agences de placement, les conditions pourraient encore être plus intéressantes.

LIRE AUSSI:  Conférence interreligieuse de la Jama’at islamique Ahmadiyya: L’unité sociale dans la diversité prônée