Semaine évènementielle au musée du Quai-Branly : cahier d’un départ de Paris

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Semaine évènementielle au musée du Quai-Branly : cahier d’un départ de Paris

Semaine évènementielle au musée du Quai-Branly Cahier d’un départ de ParisSemaine évènementielle au musée du Quai-Branly Cahier d’un départ de Paris

A Paris, du 26 au 31 octobre, les petits plats ont été mis dans les grands pour offrir un adieu digne du nom aux trésors royaux et culturels béninois. Le moins qu’on puisse dire est que les biens culturels béninois n’ont pas quitté la France à l’anglaise, ni tel un bossu, mais par la grande porte, pour un retour au bercail qui se concrétise enfin.
LIRE AUSSI:  Restitution de 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey : adieu émouvant au Quai Branly
Dans un partenariat qui se veut exemplaire, le Bénin et la France, par l’entremise du musée du Quai-Branly Jacques Chirac, ont organisé une semaine événementielle qui a mis à l’honneur les arts, la culture et les traditions du Bénin. C’est à travers l’exposition intitulée « Bénin, la restitution de 26 trésors royaux d’Abomey » déclinée en colloque scientifique international, rencontres et discussions sur les projets muséographiques béninois. Le public a honoré l’agenda en faisant massivement le déplacement, notamment la programmation de spectacles et d’un cycle de cinéma béninois, autres temps forts de cette semaine événementielle.
Mercredi 27 octobre dernier, le président Macron a procédé au lancement des manifestations, en présence du ministre des Affaires étrangères du Bénin, Aurélien Agbénonci et son homologue en charge de la Culture, Jean-Michel Abimbola. Jugeant «particulièrement émouvant» sa présence à «cette cérémonie d’adieu…», Emmanuel Macron a honoré sa parole engagée en novembre 2017 à Ouagadougou de procéder à la restitution des œuvres pillées en Afrique. Aussi, Aurélien Agbénonci lui fait-il écho soutenant que c’est une page des relations franco-béninoises qui s’ouvre aujourd’hui, tout en se félicitant que les deux pays offrent ainsi « un modèle de coopération qui se veut exemplaire ».
Adieu
Rassembler toutes les œuvres qui seront ensuite restituées au Bénin, en guise d’adieu, tel est le postulat de cette exposition qui vient de prendre fin au Quai-Branly ce dimanche 31 octobre.  Et ce, à travers une scénographie originale, alliant de la didactique et mettant en exergue les différents aspects de l’histoire des œuvres, depuis leur création jusqu’à leur avenir au Bénin leur pays d’origine en passant par une description précise du conflit colonial, leur muséographie parisienne pendant plus d’un siècle et les spécificités juridiques du processus de restitution. Un régal pour tout visiteur féru de détails historiques, dont la plupart se félicitent de la beauté des œuvres. Une jubilation pour les ardents défenseurs du retour de ces œuvres.
Du 26 au 31 octobre, le Foyer du théâtre Claude Lévi-Strauss aura été donc le témoin d’un fait historique qui marque d’une pierre blanche les relations franco-béninoises voire africaines. Bénédicte Savoy, coauteur du rapport favorisant le processus de la restitution en 2018 des trésors royaux réclamés par les autorités du Bénin, présente mercredi dernier au Quai-Branly, parle d’un « événement exceptionnel »
car selon elle, la France, «si longtemps sourde aux demandes de l’Afrique », devient ainsi « le premier pays du monde à restituer » des œuvres à un pays africain. D’où la joie exprimée par le directeur du musée, Emmanuel Kasarhérou, de prendre part à la restitution de ces pièces à des « mains expertes » au Bénin, car selon lui, le patrimoine de chaque pays doit être représenté chez lui. Le vivant adieu aux trésors royaux du Bénin s’est traduit par l’exposition des 26 œuvres, évènement que beaucoup ne voulaient pas se faire conter, mais aussi par des plateaux intellectuels.
Un colloque scientifique international a en effet réuni des chercheurs, des muséographes et des scientifiques internationaux. Ouvert par Emmanuel Kasarhérou, le premier panel a porté sur « Une restitution et son contexte », suivi de celui animé par Paul Akogni, directeur du Patrimoine culturel du Bénin sur « La restitution des biens culturels, entre enjeu culturel et essor d’une économie muséale et patrimoniale au Bénin ». Après cette introduction, la communication portant sur «Expédition militaire et pillage» a été animée par Donatienne Ruby-Nougaret, adjointe de la cheffe de la division des archives de la Guerre et de l’armée de Terre qui a axé son intervention sur la «Présentation des fonds et des archives du Service Historique de la Défense » ; et Gilles Ferragu, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris Nanterre a fait lui la «Présentation des expéditions militaro-scientifiques françaises et européennes et contex-tualisation des expéditions militaires ». Quant à Felicity Bodenstein, historienne de l’art, elle a édifié sur « Le système de ‘prize’ britannique : le cas du Bénin, 1897 ».  Didier Houénoudé, directeur de l’Institut national des Métiers d’Art, d’Archéologie et de la Culture à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) et Gaëlle Beaujean, responsable de collections Afrique au musée du Quai Branly ont abordé « Le parcours des objets d’Abomey » complété par un « Compte rendu des analyses et des études scientifiques réalisées par le musée du Quai Branly sur une partie des œuvres restituées »
animé par Philippe Charlier, directeur du Département de la recherche et de l’enseignement au musée du Quai Branly. «Histoire et archéologie des mondes africains (la place du Bénin) », une communication enregistrée de François-Xavier Fauvelle, historien et archéologue spécialiste de l’Afrique, «Archéologie : présentation du site d’Abomey », et « La migration des objets d’art dans une histoire globale » présentée par Romuald Tchibozo, coordinateur de la filière Histoire et archéologie de l’École doctorale pluridisciplinaire de l’Uac, sont les deux thèmes qui ont bouclé la journée du mercredi 27 octobre.
Lendemain tout aussi studieux et pédagogique, avec des panels consacrés à des thèmes évocateurs comme «Les projets muséographiques au Bénin », qui ont permis à Hélène Joubert, responsable de l’Unité patrimoniale Afrique au musée du Quai Branly et à Alain Godonou, directeur Programme Musées au sein de l’Agence Nationale pour la Promotion du Tourisme, d’aborder les projets muséographiques béninois en cours. Ensuite, le paysage muséal et le patrimoine béninois ont été présentés, et la réponse variée qu’il apporte à la question du retour et de la conservation des patrimoines béninois anciens et contemporains, avec les contributions des scénographes Franck Houndégla et Nicolas Béquart qui se sont prononcés sur la « Scénographie d’expositions et programme muséal autour du patrimoine béninois » et sur l’apport des musées privés et des fondations.
Aussi, avant la conclusion prononcée par Guido Gryseels, directeur du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren en Belgique, l’auditoire a été édifié par les interventions de Marie-Cécile Zinsou, présidente de la Fondation Zinsou axée sur « L’exemple de la Fondation Zinsou. (2005/2021), bilan et perspectives », de Marius Bajide Dakpogan, conservateur et de Bernard Dulon, galeriste et représentant du collectif des antiquaires de Saint-Germain-des-Près sur « L’exemple du Petit Musée de la Récade (2015-2021), bilan et perspectives », ainsi que celle de l’ écrivain Noureini Tidjani – Serpos, sur « L’exemple du Musée Abdou Tidjani Serpos… », sa place au sein de la Fondation panafricaine pour le développement culturel de Porto-Novo et son articulation avec les collections nationales.
Avant les concerts de Black Santiago et de Sagbohan Danialou qui ont clôturé en apothéose la Semaine culturelle du Bénin à Paris, une journée a été consacrée au cinéma. Vendredi 29 octobre, anthropologues, universitaires, archivistes, et cinéastes ont animé des panels sur les cinématographies qui ont contribué à la construction des images du Bénin. A travers des thèmes évocateurs ‘’Le Bénin ethnographié : des premiers films à la vision contemporaine’’ et ‘’Regard sur le cinéma béninois contemporain’’, ont été projetés des films datant respectivement de 1930 et 1963, « Fétichisme : premières images animées du Dahomey » et ‘’Sortie des novices Sakpata’’ de Jean Rouch et Gilbert Rouge. Projection suivie d’une table ronde intitulée « Filmer le Bénin : sur le terrain de l’anthropologie visuelle ». En ont été les animateurs, Arcade Assogba, réalisateur-producteur, Élodie Saget, responsable des fonds sonores et audiovisuels au musée du Quai Branly, Abou-Bakari Imorou, coordinateur de la filière socio-anthropologique de l’École doctorale pluridisci-plinaire à l’Uac, Magali Mélandri, directrice déléguée à la conservation au musée départemental Albert-Kahn, Vincent Guigueno, directeur adjoint du département de la recherche et de l’enseignement au musée du Quai Branly. De beaux tableaux qui ont su mettre en relief les perspectives dans lesquelles le Bénin s’inscrit, en termes de projets muséaux, touristiques et de valorisation de ses valeurs cultuelles et culturelles.
LIRE AUSSI:  Sommet des chefs d’Etat de l’UEMOA : Cotonou, capitale de l’intégration