Séminaire sur la réforme du code électoral: L’Assemblée nationale oeuvre pour une loi consensuelle

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Séminaire sur la réforme du code électoral: L’Assemblée nationale oeuvre pour une loi consensuelle


L’Assemblée nationale a rassemblé toutes les composantes de la société, jeudi 14 juin dernier à Cotonou, autour d’un atelier portant sur la réforme du Code électoral. Les échanges ont été ouverts par le président de l’hémicycle, Adrien Houngbédji, en présence du ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement Abdoulaye Bio Tchané.

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la liberté de la presse: La HAAC pour une meilleure contribution des médias au développement

Parlementaires, émissaires de l’Exécutif, représentants de la Cour constitutionnelle et du pouvoir judiciaire, représentants du corps diplomatique et d’institutions internationales accrédités au Bénin, présidents d’institutions de la République, élus locaux, sages et notables, chefs traditionnels et religieux, représentants de partis politiques et de la société civile…, tous ont répondu à l’appel de l’Assemblée nationale autour de la réforme du Code électoral. Pour le président du comité d’organisation de la séance, le député Jean-Michel Abimbola, la quantité et la qualité des participants à ces assises témoignent de l’importance du sujet. Démontrant l’opportunité de cette réforme, il a rappelé que la loi actuellement en vigueur, est une juxtaposition intégrale et sans souci d’harmonisation, de six différentes lois électorales votées entre 2007 et 2015, dans des contextes bien différents. En outre le président de l’Assemblée nationale Adrien Hounbédji fait savoir que le Bénin, de 1990 à ce jour, en est à sa vingt-septième loi électorale. D’où l’importance de réfléchir à l’élaboration de mesures plus adaptées qui garantissent la crédibilité, la fiabilité, la transparence et la représentativité. « La réforme du Code électoral s’impose à nous, pas comme une option mais une nécessité », a soutenu le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané.
Ces assises devront permettre d’obtenir des propositions et des avis pour améliorer de façon inclusive le Code électoral afin de disposer d’un avant-projet de loi qui organise mieux les élections et la vie politique au Bénin, dans le respect de la démocratie. C’est ainsi que se perçoit l’attente de l’Assemblée nationale au terme des travaux. Pour le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, il s’agit d’évaluer les points d’accord qu’il faudra conforter, les points d’incompréhension qu’il faudra clarifier et les compromis auxquels il faudra parvenir. « En régime démocratique, le peuple souverain est la source de la légitimité. L’organisation du mode par lequel le peuple désigne ses représentants à la tête des institutions revêt une grande importance… L’adoption d’un code électoral est un acte majeur, un facteur de paix et de développement », a expliqué le président de l’Assemblée nationale. Il va sans dire que cette réforme impose une démarche inclusive.
Le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané a alors invité tous les participants quelle que soit leur connotation politique (ou leur rang), à s’impliquer dans le débat avec le souci de l’intérêt général. « De la discussion, dit-on, jaillit la lumière. Plus nous sommes nombreux à discuter, plus rayonnante sera la lumière », déduit le président Adrien Houngbédji avant d’ouvrir les échanges.

LIRE AUSSI:  Présidence de la République: Le ministre des Affaires étrangères du Burkina reçu en audience