Session budgétaire de l’Assemblée nationale: Une soixantaine de dossiers à l’ordre du jour

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Session budgétaire de l’Assemblée nationale: Une soixantaine de dossiers à l’ordre du jour


Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou a officiellement ouvert ce mercredi 23 octobre, les travaux de la seconde session ordinaire du Parlement au titre de 2019. Dans son discours, il a évoqué les grands défis de cette session qui sera marquée par l’examen d’une soixantaine de dossiers dont les points relatifs à la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre derniers à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Parquet de la République près le Tpi de Cotonou: Mario Metonou rappelle aux Opj leurs attributions

C’est reparti pour trois mois d’activités au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Le coup d’envoi des travaux a été donné ce mercredi par le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou. La cérémonie a connu la présence de 70 députés, un effectif qui dépasse largement le quorum des 42 parlementaires exigé par la Constitution du 11 décembre 1990. Elle a été marquée par un seul discours, celui du président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou. Le numéro 1 de l’institution parlementaire a annoncé les défis de cette seconde session ordinaire encore appelée session budgétaire qui comporte une soixantaine de dossiers à son ordre du jour. Comme son nom l’indique, cette session sera consacrée en priorité à l’examen et au vote du budget général de l’Etat exercice 2020 autour duquel les députés mèneront, par le biais de la commission budgétaire, des échanges avec le gouvernement et les partenaires socioéconomiques. « La session qui s’ouvre ce jour, devant être consacrée à l’examen et au vote de la loi de finances exercice 2020, sera sans nul doute, un moment de débats passionnants entre les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale avec parfois, des convictions antagonistes dont le but est de parvenir à une affectation plus ou moins équitable des ressources au profit de l’ensemble de nos populations », souligne Louis Vlavonou. Selon lui, cette session s’annonce, au regard des dossiers très importants inscrits à l’ordre du jour, laborieuse et productive. Mais en plus, elle se penchera  sur plusieurs autres dossiers non moins importants.

Les grands dossiers politiques

Le président de l’Assemblée nationale cite notamment l’examen de la proposition de loi portant amnistie des personnes impliquées dans les événements des mois d’avril, mai et juin 2019 relatifs aux élections législatives; la proposition de loi portant statut de l’Opposition; la proposition de loi modificative et complétive du Code électoral ; la proposition de loi modificative et complétive de la Charte des partis politiques et la proposition de loi sur le financement des partis politiques. Il y a aussi le projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord bilatéral, signé entre la République du Niger et la République du Bénin, dans le cadre de la construction et de l’exploitation d’un système de transport des hydrocarbures par pipeline ; le projet de loi portant autorisation d’adhésion à la convention d’Unidroit sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, adoptée à Rome, le 24 juin 1995 ; le projet de loi portant autorisation de ratification de la convention entre le gouvernement de la République du Bénin et le gouvernement des Emirats Arabes Unis en vue d’éviter la double imposition et de prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu, signée à Abu Dhabi, le 4 mars 2013 ; le projet de loi portant autorisation de ratification d’adhésion à l’Acte de 1991 de la Convention internationale de la protection des obtentions végétales (Upov), adopté à Genève, le 19 mars 1991 et la proposition de loi portant interdiction des cérémonies ruineuses en République  du Bénin.  « Eu égard à tout ce qui précède, il n’est plus besoin de démontrer l’importance que revêt cette session. pour la satisfaction des attentes de nos populations », relève Louis Vlavonou qui n’a pas manqué d’annoncer qu’une attention particulière sera également portée au contrôle de l’action gouvernementale pendant ces trois mois d’activités parlementaires?

LIRE AUSSI:  An III de la gouvernance Talon: Ces réformes qui ont changé le quotidien des producteurs

Déjà plus de 57 milliards F Cfa au gouvernement

Le montant des dossiers de ratification d’accords autorisée par la huitième législature se chiffre au total à 57 496 001 680 F Cfa. Le point a été fait par le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, dans son discours de rentrée parlementaire. Ce montant a été accordé au titre de quatre dossiers de ratification. Il se réjouit d’avoir accordé ces ressources financières au gouvernement pour lui permettre de  mettre en œuvre son programme. Louis Vlavonou a saisi l’occasion pour faire le bilan de ses actions quatre mois après son investiture. Il note avec satisfaction  que la huitième législature a réellement pris son envol et s’est résolument engagée dans l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles. Selon lui, outre les autoridations de ratifications de financement, 13 autres lois d’intérêt majeur ont été adoptées depuis la première session ordinaire de l’année dont la huitième législature a pris le relais le 16 mai dernier jusqu’à la date d’aujourd’hui. Il y a eu également deux sessions extraordinaires qui ont permis, rappelle Louis Vlavonou, de désigner les membres du Conseil d’’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée au titre de 2019 (Cos-Lépi) et  d’adopter le budget de l’Assemblée nationale gestion 2020.

LIRE AUSSI:  Campagne de commercialisation de noix de cajou: Le gouvernement interdit les sorties frauduleuses

Les actions réformatrices de Louis Vlavonou
Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou n’a pas passé sous silence ses actions réformatrices au niveau de l’institution et de l’administration parlementaires. Il cite, entre autres, l’initiative de la montée des couleurs tous les lundis à 7h 45min à l’Assemblée nationale dans le but de réunir tout le personnel civil et militaire autour de l’emblème national pour dynamiser l’esprit civique, l’esprit de corps, la fraternité et l’amour du prochain; la restauration de la déontologie administrative en mettant l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. A  ces actions, il ajoute la lutte contre la paresse, le retard et l’absentéisme avec des contrôles inopinés fréquemment effectués autant par lui-même que par les questeurs de l’Assemblée nationale. Mieux, un effort est fait pour l’ouverture des plénières aux heures convenues afin de permettre non seulement à l’administration parlementaire d’utiliser rationnellement le temps, mais aussi aux membres du gouvernement de ne pas errer dans les couloirs de l’hémicycle, la résiliation des contrats de dix agents toutes catégories confondues recrutés en 2019 pendant que des arriérés d’émoluments couvaient la grogne du personnel, la résiliation du contrat du médecin conseil dont le cahier des charges ne l’obligeait qu’à quatre heures de présence au poste par semaine; la résiliation du contrat de l’expert en Assurance dont le cahier des charges ne l’obligeait également qu’à quatre heures de présence au poste par semaine. « Toutes ces réformes peuvent nous rendre impopulaire compte tenu des enjeux : mais face aux intérêts du peuple, nous n’avons pas d’autres choix », martèle Louis Vlavonou qui révèle avoir hérité d’une administration dont la gestion administrative, financière et sociale était peu orthodoxe. Il était obligé d’opérer ces réformes en lien avec la vision du chef de l’Etat, Patrice Talon dont il salue « l’audace réformatrice et le don de soi à la République dépouillés des avatars qu’aucun acteur politique ordinaire et calculateur, ne saurait remettre en cause ».

LIRE AUSSI:  Semaine du monde professionnel : L’insertion professionnelle des étudiants préoccupe 

Th. C. N.