Session du Conseil des ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta: Relancer la machine ABV pour de nouveaux défis

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Session du Conseil des ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta: Relancer la machine ABV pour de nouveaux défis


Après Lomé au Togo en 2014, c’est Cotonou qui a accueilli vendredi 10 juin dernier, la sixième réunion du Conseil des ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV). Au cours de cette session qui s’est tenue pour la première fois au Bénin depuis la création de l’autorité en 2007, plusieurs dossiers relatifs à l’institution ont été examinés. C’est le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané qui a procédé à l’ouverture des travaux.

LIRE AUSSI:  Gestion des organisations régionales: Le Bénin préside la Commission de la CEDEAO en mars prochain

Examiner le rapport d’activités et le rapport financier biennal 2014-2015, le programme d’activités et le budget prévisionnel 2016-2017, la réalisation du Plan directeur du Bassin de la Volta, puis le processus d’information et de la communication. Ce sont là les points à l’ordre du jour de la sixième réunion du Conseil des ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta vendredi 10 juin dernier à Cotonou.

Ces différents points, selon le ministre béninois de l’Energie, de l’Eau et des Mines, Jean Claude Houssou requièrent une attention toute particulière. Car, ils sont en liens étroits avec les résultats attendus de l’institution. C’est pourquoi, il a demandé à ce qu’ils soient traités avec clairvoyance dans un esprit de solidarité et de consensus en vue de donner des résultats concrets et rapides.
Pour le ministre ivoirien des Eaux et Forêts, Louis-André Dacoury-Tabley, président par intérim du conseil, l’ambition est de faire de l’ABV, une institution sous-régionale forte pour assurer une gestion durable et non conflictuelle des ressources en eau. L’objectif est d’assurer également la réduction de la pauvreté, un développement durable et une intégration régionale. Cette session a été également, explique-t-il, une occasion pour donner un coup de pouce aux actions visant à relancer la machine ABV pour qu’elle puisse aller progressivement vers un stade de maturation pour les nombreux défis à relever. Tout ceci dans un contexte de changement climatique et aussi pour mener des activités concrètes de développement et de protection des ressources naturelles dans le bassin, en réponse aux préoccupations des populations.

LIRE AUSSI:  Gestion des organisations régionales: Le Bénin préside la Commission de la CEDEAO en mars prochain

Neuvième plus grand fleuve

Le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, à l’ouverture des travaux de la session du Conseil des ministres, a rappelé que le fleuve Volta, neuvième plus grand fleuve d’Afrique, est partagé par six pays de l’Afrique de l’Ouest que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo. Son bassin versant avec une superficie estimée à 400 000 km2 abrite une population évaluée aujourd’hui à environ 24 millions d’habitants et qui atteindrait près de 34 millions d’ici 2025.
Abdoulaye Bio Tchané souligne que ce bassin est confronté aujourd’hui à plusieurs problèmes liés essentiellement au changement climatique et dont, le plus important est la réduction de la pluviométrie dans le temps et dans l’espace. A cela, s’est ajouté le décalage dans l’alternance de saison pluvieuse/saison sèche nettement sensible. Pour relever les nombreux défis induits par cette situation, selon le ministre d’Etat, les six pays de l’Afrique de l’Ouest liés par le fleuve Volta et ses affluents se sont engagés dans la coopération manifestement agissante à travers la création de l’Autorité du Bassin de la Volta. C’est pourquoi, il a rendu un hommage aux chefs d’Etat et de gouvernement pour l’attention qu’ils ont accordée au fleuve Volta en créant l’ABV.