Signature d’accord de siège: L’Association des armements africains officialise son assise au Bénin

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Signature d’accord de siège: L’Association des armements africains officialise son assise au Bénin


Organe spécialisé de l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Omaoc), l’Association des armements africains (3A) a signé, hier jeudi 7 novembre, avec le
Bénin, un accord de siège. Cet acte marque l’adhésion totale du Bénin à cette association régionale et confère à celle-ci, un statut juridique particulier.

LIRE AUSSI:  Sortie du chef de l’Etat à Cotonou: Boni Yayi visite des infrastructures à Akogbato et Akpakpa-Dodomè

L’Association des armements africains a désormais droit de cité au Bénin et peut contribuer au développement de l’économie bleue avec la facilitation du gouvernement béninois. C’est le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (Maec), Hervé Djokpé, et le Secrétaire général de l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Omaoc), Alain Luvambano, qui ont matérialisé cet accord de siège.
Pour Alain Luvambano, l’événement est de taille et mérite que l’on s’en félicite, car l’adhésion des pays membres de l’Omaoc à l’Association des armements africains (3A) marque la volonté du continent de renforcer ses stratégies pour mieux répondre aux défis du transport maritime international actuellement dominé par les grandes puissances. C’est ce que soutient également le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Hervé Djokpé, lorsqu’il déclare : « Le secteur du transport maritime joue un rôle prépondérant non seulement dans le développement de l’économie mondiale mais aussi et surtout dans le développement de l’économie des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre… C’est pourquoi plusieurs défis doivent être relevés, notamment celui du renforcement des ressources, pour relancer et dynamiser de façon durable les activités». Pour ce faire, le Secrétaire général du Maec a réaffirmé l’engagement du Bénin à collaborer pour que l’association joue pleinement son rôle dans le cadre de la reconstitution de la flotte marchande africaine par la communautarisation des moyens au niveau régional.
La signature d’accord de siège, qui s’est déroulée en présence du président en exercice de l’Association des armements africains, Léon Katary, est la preuve de cette volonté manifeste du gouvernement béninois. « Je reste convaincu que cet accord permettra non seulement d’accélérer les interventions des 3A au Bénin, mais aussi contribuera à renforcer les relations avec les acteurs de l’économie bleue afin d’apporter notre pierre à l’édification du pays et de la sous-région tout entière », a souhaité Hervé Djokpé.

LIRE AUSSI:  Installation d’usines de transformation du cajou: Gaston Dossouhoui et ses cadres définissent les stratégies

Renforcer les capacités de l’Afrique sur le marché du transport maritime

Plus qu’un creuset d’un regroupement d’Etats, l’Association des armements africains est une fédération d’énergies pour le renforcement des capacités de l’Afrique sur le marché du transport maritime international. « L’Association des armements africains a été mise en place lors de la réunion des ministres de l’Omaoc, tenue à Abidjan du 16 au 18 octobre 2001 suivant la Résolution 188/11/01 adoptée en juin 2001 par l’Omaoc. Cette association est un véritable instrument de dynamisation des ports, des armements et de promotion du commerce extérieur des pays membres », a fait savoir le Secrétaire général du Maec, Hervé Djokpé. L’Association des armements africains a pour mission de promouvoir la coopération dans le domaine des armements, d’harmoniser la politique commerciale des armements membres, de coordonner les activités d’exploitation commerciale des États membres, de promouvoir la sécurité et la sûreté maritimes… Pour Hervé Djokpé, la nécessité de consolider et de dynamiser l’Association des armements africains s’impose. « Le manque de capacité propre de transport qui caractérise les États de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest et du Centre réduit l’expression de la souveraineté des États sur leur commerce extérieur et provoque ainsi un manque à gagner substantiel pour l’économie de la sous-région », a-t-il expliqué. C’est en cela que l’Association des armements africains représente, à en croire le Secrétaire général de l’Omaoc, Alain Luvambano, un atout pour tous les Etats membres de l’Omaoc dont le Bénin.