Signature de contrat entre l’Apiex et un groupe chinois: Le recrutement de milliers de jeunes en vue

Par Site par défaut,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Signature de contrat entre l’Apiex et un groupe chinois: Le recrutement de milliers de jeunes en vue


Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances, et Lu Jikang, président d’un groupe international chinois producteur de perruques et de textiles ont signé, jeudi 9 janvier dernier à Cotonou, un protocole d’accord relatif à l’installation de ce groupe au Bénin. Cela permettra le recrutement de milliers de jeunes béninois.

LIRE AUSSI:  Audience correctionnelle à la Criet: Cinq condamnés et trois relaxés au bénéfice du doute

Grâce à l’installation d’un groupe chinois producteur de perruques et de textiles au Bénin, des milliers de jeunes du pays sortiront du chômage. L’acte formalisant l’implantation de ce Groupe dans notre pays a été la signature du protocole d’accord par Romuald Wadagni,
ministre de l’Economie et des Finances et Lu Jikang.
Pour des raisons de calendrier du ministre qui s’est retiré aussitôt, c’est Laurent Gangbes, directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex), qui a levé un coin de voile sur le contenu du protocole d’accord. Selon lui, le protocole d’accord porte sur l’implantation d’une unité de production chinoise de perruques et de textiles dans la zone économique spéciale de Sèmè-Kpodji. Parlant des avantages pour le groupe chinois, il a précisé qu’il ne sera plus confronté aux contraintes de taxes d’exportation de ses produits vers le Bénin, la production se faisant désormais sur place. Cela s’inscrit dans la démarche du gouvernement qui entend faire en sorte que les investisseurs soient attirés grâce aux réformes engagées par le chef de l’Etat, Patrice Talon.
En retour, le Bénin y gagnera beaucoup, a-t-il laissé entendre. D’une part, près d’un millier d’emplois seront créés dont cinq cents dès la première année. Déjà, les premiers recrutements de jeunes cadres béninois sont lancés, a assuré Laurent Gangbes. Au nombre de vingt-cinq, ils iront sous peu se faire former en Chine pendant cinq mois. D’autre part, a-t-il poursuivi, dans les trois ou quatre ans à venir, on compte procéder au recrutement de trois mille jeunes béninois au profit de cette entreprise chinoise.
Soulignant l’intérêt du gouvernement pour ce projet, il a noté que la présence du ministre de l’Economie et des Finances est le signe manifeste de l’engagement de l’Eat au plus haut niveau.

LIRE AUSSI:  Affaire Icc-Services: Pourquoi poursuivre les autorités soupçonnées