Situation sociale: Six confédérations syndicales dans les rues vendredi prochain

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Situation sociale: Six confédérations syndicales dans les rues vendredi prochain


Six confédérations et centrales syndicales annoncent une marche pour le vendredi 24 mars. Mais avant la marche, elles organisent une conférence de presse dans l’après-midi du jeudi prochain, après une rencontre avec le chef de l’Etat prévue dans la matinée.

LIRE AUSSI:  Suite au dernier remaniement: Pourquoi des ministres candidats aux législatives débarqués du gouvernement ?

Les prochains jours seront mouvementés avec les manifestations que projettent les confédérations et centrales syndicales. La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) prévoit un sit-in devant l’Assemblée nationale jeudi 16 mars prochain. Six autres confédérations et centrales syndicales annoncent une conférence de presse le même jour à la Bourse du Travail avant la marche projetée pour le 24 mars. Il s’agit de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), l’Union nationale des syndicats des travailleurs (Unstb), la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), la Centrale des syndicats du privé et de l’informel du Bénin (Cspib) et la Centrale des syndicats unis du Bénin (Csub). Elles entendent protester contre deux propositions de lois qui seraient contre les intérêts des travailleurs. La première est relative au régime général d’embauche des collaborateurs extérieurs et la seconde, aux conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main-d’œuvre et de résiliation du contrat de travail en République du Bénin. 

LIRE AUSSI:  Rencontre Cour suprême et juridictions de fond: Des problématiques d'actualité en débat

Ces deux propositions de loi qui sont de portée sociale, devraient passer par le Conseil national du Travail et le Conseil économique et social, estiment les responsables des confédérations et centrales syndicales. Ces derniers saisiront l’occasion de l’audience du jeudi prochain pour demander le retrait des deux propositions de loi, sans quoi, ils maintiendront leur marche du 24 mars prochain pour alerter l’opinion publique nationale et internationale.
Ces responsables projettent également rencontrer le président de l’Assemblée nationale pour la même cause avant un sit-in géant devant le siège du Parlement.
Les confédérations et centrales syndicales avaient déjà annoncé les couleurs au terme d’un forum qu’elles ont organisé le lundi 27 février dernier à Cotonou, sur le thème « Les défis des libertés et de la gouvernance à l’ère du régime de la Rupture ». Lors du forum, leurs responsables ont dénoncé « la multiplication d’actes attentatoires aux libertés publiques et individuelles, les processus de liquidation des structures publiques et parapubliques sans implication du personnel en violation des dispositions du Code du travail en la matière, le non respect des dispositions contenues dans la Charte nationale du dialogue social, la mise en œuvre de la décision de libération de l’espace public, etc. ».