Sixième dialogue politique entre l’Union européenne et le Bénin: Convergence de vues sur la pertinence des nouveaux domaines de partenariat

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Non classé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sixième dialogue politique entre l’Union européenne et le Bénin: Convergence de vues sur la pertinence des nouveaux domaines de partenariat


Le Bénin a tenu, hier jeudi 11 février à Cotonou, avec l’Union européenne, la sixième édition du dialogue politique entre les deux parties. Au terme des travaux, la satisfaction qui se dégageait des deux camps laisse entrevoir une aube nouvelle dans la coopération, notamment en ce qui concerne les nouveaux domaines de partenariat.

LIRE AUSSI:  Appui aux Pme: Des avancées notables enregistrées ces dernières années

Des valeurs et intérêts partagés, mais aussi un avenir commun. Sylvia Hartleif, ambassadeur, cheffe de la délégation de l’Union européenne près le Bénin, dans son mot de clôture de la sixième édition du dialogue politique entre son institution et le Bénin est satisfaite de l’engagement des deux parties à travailler en synergie pour relever les défis qui leur sont communs. Elle suggère de développer des réponses prudentes et des actions décisives pour une relance post-Covid 19. Non seulement, il faut le faire, mais il faut surtout le faire ensemble, indique la cheffe de la délégation de l’Union européenne.

« Il faut développer une coopération encore plus étroite entre l’Union européenne et le Bénin sur des questions multilatérales, la coopération et l’économie et aussi sur les questions politiques », propose-t-elle par ailleurs.
A sa suite, Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat chargé du Plan et du développement, pour le compte de la partie béninoise conclut ce dialogue avec satisfaction. La rencontre a permis à chaque partie de réitérer sa volonté d’œuvrer à la consolidation du partenariat déjà très fructueux, soutient-il.
« Nous avons abordé aujourd’hui ce que nous pouvons faire ensemble dans des domaines aussi importants que la croissance durable, l’énergie verte, la transformation numérique, la bonne gouvernance, et nous avons terminé nos discussions par des questions politiques et de droits humains », récapitule le ministre d’Etat. Il dit noter à propos de toutes ces préoccupations un accord presque parfait des deux parties. Aussi, va-t-il réitérer au nom du président de la République, la reconnaissance du gouvernement pour le soutien de l’Union européenne et de ses pays membres aux réformes engagées dans les domaines économique, politique et social. La convergence de vues sur la pertinence des nouveaux domaines de partenariat est également un élément de satisfaction relevé par le ministre d’Etat.
C’est d’ailleurs ce même optimisme noté à la fin des travaux que les deux parties ont affiché à l’entame de ce dialogue. D’un côté, pour la partie européenne, Catharina Tjoelker-Kleve, ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume des Pays-Bas, Xavier Leblanc, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Belgique, Marc Vizy, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de de la France, Achim Tröster, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérale d’Allemagne, Tarek Chazli, chargé d’affaires de l’ambassade d’Italie près le Bénin, Véronique Jansen, premier conseiller à la délégation de l’Union européenne et surtout Sylvia Hartleif, ambassadeur cheffe de la délégation de l’Union européenne. En appui virtuel à cette forte délégation, il y avait les ambassadeurs non-résidents de l’espace européen. En face, la délégation béninoise conduite par Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement. A ses côtés, son collègue en charge des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, Romuald Wadagni, ministre des Finances, Séverin Quenum, ministre de la Justice, les ministres de l’Intérieur et de la sécurité publique, des Affaires sociales, du Commerce, et celui de la Défense.

LIRE AUSSI:  Notation de Moody’s investors service:B1 avec perspective stable pour le Bénin

Nouveau départ

Pour la cheffe de la délégation de l’Ue, cette session est d’autant plus importante qu’elle permet de tourner la page de turbulences diplomatiques entre les deux parties fin 2019. « Nous avons travaillé ensemble pour restaurer les relations dans un esprit de respect mutuel et nous avons déjà renoué le dialogue… sur de nouvelles bases », indique la diplomate européenne. Elle en veut pour preuve, l’agenda de cette session qu’elle trouve « très ambitieuse » et qui reflète parfaitement le niveau des relations entre le Bénin et l’Ue ». Ce qui réjouit davantage Sylvia Hartleif, c’est que ce dialogue politique permettra d’échanger sur des thématiques d’intérêt commun et des préoccupations sécuritaires, économiques et politiques liées à la promotion des droits de l’homme et à la prochaine élection présidentielle. Il permettra aussi de présenter le nouveau paradigme du partenariat entre l’Union européenne et le Bénin. Un partenariat qu’elle a souhaité « stratégique, moderne et tourné vers l’avenir », tout en mettant l’accent sur le multilatéralisme comme moyen de relever des défis globaux tels que les changements climatiques, la sécurité ou encore la défense.
« Nous serons toujours plus forts ensemble », assure-t-elle pour conclure son propos.
Ce dialogue témoigne, aux yeux du ministre d’Etat, de la profondeur des liens d’amitié et de coopération ainsi que de la volonté renouvelée des deux parties d’œuvrer à leur préservation, en toutes circonstances. Il saisit l’occasion pour exprimer la reconnaissance du Bénin pour la contribution significative de l’Union européenne au processus de développement en cours dans le pays.
« Les récentes décisions de décaissements d’appuis budgétaires de l’Ue, en soutien aux réformes impulsées par le président de la République dans les domaines de la gouvernance économique, de la décentralisation et de l’agriculture sont autant de marques de la bonne santé de notre partenariat », témoigne-t-il. Il en est de même de l’accompagnement financier substantiel obtenu de l’Union européenne dans le cadre de son appui à notre stratégie nationale de riposte à la pandémie de la Covid-19. Fort de l’appui de l’Ue et de bien d’autres partenaires, le Bénin cumule des performances depuis cinq ans. Il a porté son taux de croissance à plus de
6 % avec des prévisions de 7,3 % en 2020 que malheureusement, la Covid-19 est venue mettre à mal. « Cependant, malgré cette pandémie, nous avons enregistré un taux de 2,3 % faisant du Bénin un des pays les plus résilients à la crise », note avec satisfaction Abdoulaye Bio Tchané. Cette résilience s’explique, selon lui, entre autres par les fondations solides mises en place à travers des réformes courageuses mais nécessaires. Lesquelles ont fait du Bénin, ces dernières années, le premier producteur de coton de l’Afrique de l’Ouest, le deuxième producteur de céréales de l’Uemoa et la troisième meilleure performance en termes d’Idh dans la Cedeao et la première dans l’Uemoa.

LIRE AUSSI:  Appui aux Pme: Des avancées notables enregistrées ces dernières années